Zévaco et l’épinoche

Les gens qui s’intéressent à l’horoscope ne seront peut-être pas surpris d’apprendre que celui-ci conseille aux natifs de septembre de prendre soin des cactées et de l’épine-vinette, de boire de l’eau et d’être attentifs aux rêves.

– Quels rêves, demanderont les intrigués ? Ceux que l’on fait soi-même, la nuit, ou éveillé ; tout comme ceux du voisin : il ne s’agit pas d’être indiscret, mais qui sait à coup sûr si ces songes-là ne vous concernent pas au-delà de ce qu’on imaginerait ? Jour après jour, les nés du jour gagneront donc à se renseigner habilement auprès du voisinage. Si leur avenir n’en dépend pas obligatoirement, ils – elles – passeront peut-être un moment agréablement vicinal.

– Rêver, soit, mais de quoi ? En ce mois de septembre, rêver d’une bogue, rêve fréquent à l’approche de l’automne, peut signifier rencontre fortunée, hasard heureux, matinée agréable. Si la bogue rêvée se transmue en oursin, une course en voiture, un homme à moustache brune, un cheval placé peuvent s’envisager. Un rêve d’épinoche veut dire ennui d’argent, ou « quelque chose cloche », ou « ça n’est pas le moment ». Que l’épinoche nage seule ou s’accompagne – en rêve – de ronce ou d’épine-vinette, n’hésitez pas à lire plus que de coutume. Seulement, plutôt que l’étouffante masse des romans-de-la-rentrée-littéraire-qui-ne-passeront-pas-l’hiver (quatre-cent-quatre-vingt-dix romans seulement cette fois-ci ), lisez  Michel Zévaco, lisez les Pardaillans, mirifique feuilleton empli de duels cliquetants, d’enfants perdus et, – rassurez-vous – retrouvés douze chapitres plus tard, de vengeance et d’amitiés implacables, et – naturellement – de trésors cachés, en un mot assez ébouriffé, touffu et énergique pour vous faire franchir la Noël au chaud et atteindre le printemps comme dans un rêve.

Enfin, les rêveurs de diodon ou de mikado – mais ce conseil s’appliquera aussi aux rêveurs d’autres rêves – gagneront à éviter les nouvelles du jour rébarbatives, répétitives, irritantes et bientôt périmées.

***

Il y a trois ans, j’avais débuté un horoscope  aux livraisons erratiques et hasardeuses. Je ne croyais pas si bien dire !

Illustration :  Jeunes filles en cartomanciennes, 1924. Agence Rol,  BnF/Gallica.

16 commentaires

  1. Je n’ai jamais rêvé d’épinoche avec ou sans ronce ou épine-vinette. Je n’ose m’interroger sur la signification de cette lacune onirique…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.