Kézaco, l’A. I. ?

Kézaco, l’agenda ironique ? Hé bien c’est un jeu itinérant et débonnaire né – presque – par hasard en février de l’autre année [ 2015] chez Différence propre.

Il s’agissait d’écrire des textes ironiques et calendaires, puis de lire ceux des autres participants et enfin de voter une fois pour son texte préféré et une autre fois pour le volontaire qui hébergerait l’édition du mois suivant.

Comme ce jeu a développé une heureuse tendance à se perpétuer, voilà un rapide rappel des épisodes qui ont suivi. Passé par ici en mars, il a depuis lors visité le quiproquo chez Léodamgan, la paresse chez Rebbeca Zatafian, Sainte-Gidouille avec Valentyne ; il a pris sa pelle et son seau chez Patte-dans-l’encrier, s’est demandé « Grenouille ou citrouille ? » avec Jobougon en août. La rentrée ? Sage comme deux images chez Anne-de-Louvain-la-Neuve, puis octobrienne (ou pas) chez Jacou. Après quoi Martine nous proposait de visiter l’Ecosse de Cortázar et la mémoire dalienne. Puis l’année 2015 finissait dans l’herbe d’or chez Monesille.

Cette année (2016), l’agenda a commencé en blanc avec PatchCath avant de parler Sphinx chez Rx Bodo, de suivre le fil ici-même, d’attendre le prochain pont entre les Petits cahiers d’Emilie et chez Camille Lysière  et d’arriver à Louvain-la-Neuve, faubourg de Carthage, dans les jardins  d’Anne de Louvain-la-Neuve.

En juillet, il a pique-niqué au gloubi-boulga casimirien  chez Grumots ;  en août, il a villégiaturé alphabétiquement et lipogrammatiquent chez l’Écri’turbulente . Sa rentrée ? il l’a passé ici entre loup et langue au chat .  Octobre l’a vu passer ses nuits chez Laurence Delis. En novembre, lire des polars chez Valentyne et visiter en décembre les mondes invisibles chez Coquelicot & cie.

Pour commencer 2017, il a trouvé ici une espèce d’espace en janvier et fait de la critique littéraire chez Jobougon en février. En mars, il a fêté le mois des fous chez Monesille.  et se prépare à appareiller chez Martine en avril…; en mai il se dédouble en musique chez Alphonsine et Marianne Slavan, et en juin, les Narines de crayons donnent la parole aux objets – et aux alexandrins !

Et le mois prochain ? Là, ailleurs, ou peut-être chez vous !

…à suivre !

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :