Un soir survint. Alors…

HORAE_Beatae_Mariae_Virginis__btv1b10527901x_24

 

Alors, quand l’humain somnola, puis, dormant, ronfla, l’Initial l’ouvrit sans tranquillisant (Son bistouri tranchant suffisait à ça), prit un grand os dans son flanc profond, puis boucha son trou au flanc d’un sparadrap subtil. Dans l’os (tibia, radius, cubitus, qui sait ?), il tailla un pantin miroir à Son pantin (mais plus joli).  Puis il lui montra sa production.
Sortant d’un profond dodo, hagard, ahuri, confus, mais ravi, son patin visa la prima dona puis divagua un long instant, disant : « Mon os, ma chair, ton nom, mon, ton, moi, toi, nous, chou, gnou, joujou…  »

Chabada-chabada, fort, soudain, frappant aux poumons, aux os, faisant du plus malin un idiot riant à la nuit, l’amour, quoi (on sait tous ça, nous, aujourd’hui, mais pour lui, un choc inouï !).

 

Parmi d’aucuns animaux dus à Manitou, il y avait un rampant sournois, malin, qui plus tard prit Kaa pour nom (Rudyard Kipling nous l’appris dans un gros bouquin). Il dit à la nana alors sans nom ni surnom qui vaquait parmi dahlias mastocs, baobab nains,  gazons ras ou buissons touffus :
« Vrai, ton Grand Patron aurait dit dans son jargon qu’Adam (nom du pantin) pourra tout vouloir, tout saisir, grignotant ou avalant, buvant ou gobant, sauf un fruit, dans Son jardin ? Mais toi aussi ? »
La souris dit à son tour :
« Oui, nous pouvons avoir tout fruit du jardin pour la faim, la soif ou la boisson. Mais quant au fruit du taillis malin, il a dit : non, trois fois non : pour prix, la mort sans moisir. »
Alors Kaa ricana :
« Foutu ? non. Fini ? non. Disparu ? non point. Illusion, oui ! Car Lui sait qu’un fruit du buisson vous ouvrirait l’imagination, l’approchant, Lui, pour saisir bon ou mal, ou pour avoir un avis moins obtus. Un futur pas plaisant pour ton patron : aboli, son bon plaisir, disparu, son pouvoir sans pair ».

 

à suivr’

*  *   *

En hommage à James Ussher qui a assigné la date du 23 octobre -4004 à la naissance du monde, une transcription de la première semaine de la Genèse  lipogrammée en e.

illustration : Les Heures de la Vierge Marie, 15e siècle. BnF/Gallica.

34 commentaires

  1. C’est que dans Genèse, les e ne manquent pas ! Joli joli dis donc, et loufoque à souhait et ça ne manque pas d’images non plus 😉 ça promet pour la suite

    • c’est une idée ! pour l’instant, je suis à la lettre la version officielle…. mais un dérapage est toujours possible. ce qui est sûr, c’est que je n’irai pas jusqu’à la Fin des Temps 🙂

  2. La genèse, carrément ! la fable des fables, le mythe des mythes. Une valeur sûre. Manque pas d’air, Carnets. Fallait du culot. En tout cas c’est bien plus rigolo que l’original. Si si ! Tiens ça me donne en
    vie de me retirer un os pour voir si je peux en tirer quelque-chose.

    • La genèse est aussi connue que le petit chaperon rouge ou que le corbeau et le renard : c’est donc facile de jouer avec, les lecteurs connaissant au moins vaguement la trame de l’histoire.
      bon courage pour l’os 🙂

      • Ton sourire m’est bien doux.
        Tant et tellement
        que j’m’en veux de t’le dire, cher dodo,
        car ce n’est pas bien grave,
        mais guignol et divette.. y errent encore..
        Et je ne parle pas ici de monsieur Aznavour
        quand il chantait la veille, où il avait vingt ans.
        Mais bien de nos jolis phonèmes fuyants.
        Ouf… Excuse-la.
        De tant tourner autour du pot.
        C’est à croire qu’elle s’amuse un peu.
        Même si d’aucuns croiront sans doute – pas toi je sais,
        que je suis un peu folle.

  3. Bon jour,
    A voir aux liaisons, l’union, non point cahin-caha, l’hidalgo du jardin, un pays d’avant l’avant, inconnu d’aujourd’hui, star l’Adam, d’ici au bon sang d’un paradis corrompu jusqu’au trognon mais point du flanc … magistral … Bravo bis bis …
    Max-Louis

  4. Le taillis malin ! 🤣🤣🤣 et Kipling n’est pas là pr hasard si je ne m’abuse, l’écriture avec le sourire dansant tissé dedans me le rappelle ! Je viens de faire la lecture dudit gros livre et de qqs autres à mes enfants et on a ri à en pleurer. Toi et lui, conteurs hors pairs !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.