La santé est dans le pré (fable rurale)

Elle avait la santé,
Eugénie la jeune génisse
quand par les prés elle gambadait
tous alentours s’ébaudissaient.

Mais vint un jour qu’elle gémissait,
devant vêler son premier veau.
Eugénie cherchait pour l’aider
une herbe à boire avec de l’eau
bouillie, infusion ou tisane :
ellébore, mélisse, oreille-d’âne,
lapsang souchong, bouton d’or ?
Chercha longtemps,
et chercherait encore,
(elle n’avait pas trouvé
quand l’heure fut arrivée) :

et là, vêla sans thé.

***

Troisième fable miroirant son premier vers et proposant une morale homophonique, approximative et de circonstance. Elle fait écho à la remarque de Julien Hirt, grand amateur d’Edda.  Illustration : Tisane Gauloise, dépurative, purgative, en purifiant le sang, donne la santé, Paul Berthon, 1896 , BnF, Gallica.

18 commentaires

  1. Ça me fait penser à la Dame de pique, la nouvelle de Pouchkine portée à l’opéra par Tchaïkovski.
    Quand à la fin, Herrmann croit jouer l’as maudit, c’est la Dame de pique qui sort ! Elle avait l’as hanté !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.