Pâle et frileux janvier

Pâle et frileux, janvier s’avance.
L’année commence à peine, sans prémices ni promesse : balayées les cendres de décembres, les jours s’allongent péniblement et le froid mord plus fort.

Que lui importe ?
Mois au double visage – à lui les vétilleux bilans comptables et les vœux incertains – envieux des petits matins de printemps, des clairs jours d’été et des riches mois d’automne, il s’est embusqué à l’orée du calendrier et réclame au passant ses gages et ses étrennes – payables d’avance.

32 commentaires

  1. Et voilà qu’en quelques mots, tu m’as fait traverser les saisons.
    Qu’il est beau, ce bout de phrase, si riche de simplicité…
    « envieux des petits matins de printemps, des clairs jours d’été et des riches mois d’automne »…

  2. J’envieux, bien vu carnets, le mois qu’on a envie de passer plus vite, mois de transition , un peu plat, un peu figé, mois divers sans diversions hormis les sautes de température

  3. Voici ce qui surgit à la lecture de ta dernière phrase. La maison janvier ne fait pas crédit ! Me vient alors en tête un titre de livre, « mort à crédit », et en allant chercher je m’aperçois que c’est de Céline, alors que je pensais surtout à « Rose à crédit » d’Elsa Triolet. Mon cerveau est farceur dans ses cheminements.
    Et je rejoins alors la phrase, « mois au double visage ». Carnetsparesseux ne cesse de m’étonner.

    • Je ne connais que le « Crédit » de Céline (faudra que je lise Elsa triolet); mais – cheminements obliques aussi – le mot m’évoque plutôt l’affichette « crédit est mort, les mauvais payeurs l’ont tué » des bistrots.

    • Un petit, d’accord, mais pas long et plus court 🙂

      j’essaie d’alterner les tartines et les formats réduits….pour les prochaines Plumes, ça risque d’être « tartine » 🙂

      • Des petits textes délicieux comme des petits fours et de bonnes tartines généreuses… voila des mets savoureux à déguster sans modération !

        Bravo pour ce « Pale et frileux Janvier » !

  4. L’hiver comme un bandit de grand chemin
    qui guette et rançonne le voyageur sur le fil du temps.
    (Je pense « Au pays des brigands gentilshommes » de Alexandra David-Néel)
    il fallait le faire …
    tu l’as fait
    bravo (sourire)²

    • Merci ! juste que je voyais « mon » janvier plutôt comme un concierge acariâtre et grincheux que comme un gentilhomme détrousseur de grands chemins… celui auquel tu songes a pris du galon !!

  5. pompier et facteur sont venus toquer à la porte. Les calendriers s’amoncellent, je ne sais plus où les mettre, où les suspendre ! 😀
    Si j’oublie la date du jour, ce ne sera pas de leur faute ! 😀

  6. Janvier a un atout dans sa manche; les jours rallongent. C’est ce que j’aime chez lui; sinon, qu’il est long à venir le printemps…
    J’aime cette idée de calendrier; j’en reste toujours fan. Merci pour ces beaux moments de lecture.
    Amitiés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.