Un bilan au bout de l’an.

Les jours s’égrènent et l’an nouveau fourbit ses semaines à venir, chacun compte sa monnaie pour les étrennes, les jours rallongent et les nuits raccourcissent (à peine, et puis, chacun son tour), bref il est temps parait-il de faire le bilan de cette année d’écriture.
Qui dit bilan dit chiffres et nombres. Je pourrais dire vous avez été plus de quatre mille à venir lire les quarante-huit billets de cette année, mais certains sont allés lire des billets plus anciens – et pourquoi pas ? Et puis est-ce que c’est à moi de vous dire quel est le texte que vous avez préféré ? Et puis est-ce que « plus lu » veut dire « préféré » ?
Quarante-huit billets, c’est moins que d’autres années, mais faut bien attendre que l’histoire murisse, sinon elle est trop verte et acide… et puis l’époque a aussi son mot à dire. En tout cas, pour moi quatre mille lectrices et lecteurs, réguliers ou de passages, ou même de contrebande, c’est beaucoup, (c’est même extraordinaire et pour tout dire inespéré, comme chantait Georges qui a eu cent ans cette année), alors lecteurs fidèles où visiteuses fugaces, oulipiens ou marabouts (si si, je sais que les deux catégories se croisent ici en tapinois), je vous remercie du fond du cœur, parce que sans vos yeux et votre imagination, ces petites histoires retomberaient en poudre d’encre au fond du clavier.

Justement, parlant de ces petites histoires, de quoi ça a causé, alors, cette année ? Pour la forme, il y a eu des contes et des feuilletons, des poèmes et des haïkus et de l’agenda ironique, évidemment.
Pour le fond, allez savoir, ou plutôt allez-y lire. Le mieux que je puisse faire ici, c’est peut-être bien de vous proposer quelques listes :
il y aurait une liste des lieux ousque les histoires se sont passées l’an passé : une ferme, une ville, une colline ronde, une cour et puis un puits.
puis une liste de héros, qui étaient cette année, à part une fermière héroïque, plutôt des bêtes : un pangolin, un tamanoir, des poules, un dindon, des chiens – Pataud et Radar -, des poussins pioutant, des pommes et un dragon, un ornithorynque et un caribou, un poulpe, un fourmilier, et encore quelques crapauds et une mouche, un renard et un corbeau (vieux hôtes toujours invités) et même d’une écrevisse. Et aussi, (c’est pas des bêtes, mais comme héros c’est tout comme) d’un marteau, d’un clou et d’un tableau. Pas assez pour faire une liste d’outils, vous en conviendrez.
Et vous vous demandez où et quand quelles bêtes ont croisé quel fruit ou quel outil ? Encore une fois, le mieux est d’aller y voir et de farfouiller !

Et l’an qui vient ? Je pourrais faire une liste de projets, mais prudemment – et paresseusement – je vais me contenter de dire qu’il y aura sûrement des histoires qui s’achèveront (hein, les petites pommes ?), probablement d’autres qui démarreront (bien malin qui sait lesquelles), des personnages et des décors qui reviendront – parce que j’aime bien les héros familiers, les lieux communs et les décors déjà peints – et puis des digressions et des zigzagues de hasards. Si le coeur vous en dit, on verra bien au fil des jours -qui rallongent mais seulement jusqu’en juin, parce qu’après c’est les nuits qui reprennent du poil de la bête.

****

illustration :  Jeunes filles en cartomanciennes, 1924. Agence Rol,  BnF/Gallica.

35 commentaires

  1. Ce matin, tasse de thé en main, je me suis à nouveau régalée de vos mots et gourmande, en redemande.

  2. Bon jour Carnetsparesseux,
    Je souhaite un jour que tu publies tes fabuleux textes… 🙂
    Bonne journée à toi.
    Max-Louis

    • Merci Max-Louis ; moi aussi, j’aimerais bien, mais il faudrait choisir lesquels, dans quel ordre, et faudra-t-il les arranger un peu, etc etc, sans compter la question du prix à remporter ? Les deux Nigauds ou le Con-court ?? mais j’y songe, paresseusement, et ça pourrait arriver cette année 🙂

  3. Eh bien, on te sent « plein de projets » en ce début d’année !
    C’est bon signe !
    (surtout pour quelqu’un qui publie autant « d’images du passé »…)
    😉

    je te souhaite le meilleur, littérairement et personnellement,
    et je te très sanitairement (mais avant tout très sincèrement).

  4. Hum…j’avais écrit je te « bise »…mais le mot a disparu…
    Une nouvelle mesure « anti bisou » serait-elle passée par là ? :-))

  5. Ben mon Jérôme comment ne pas être attiré par tant de richesses et de variétés…. ??? on ne s’ennuie jamais chez Carnets Paresseux, alors on revient et on se régale……….. bisous

  6. Début janvier il est coutume de faire l’inventaire, ce qui fut fait ici de manière fort élégante ma fois.
    Une année riche, variée, bien meublée et bien habitée. Que souhaiter sinon que celle qui commence à peine soit aussi florissante peut-être? Et sachant que les fleurs sont la promesse des fruits, peut-être reverra-t-on les petites pommes si le dragon ne les a pas cramées…
    A bientôt.

  7. Mieux qu’un quinquennat, cet « anannat » succulent, varié, inventif et tentateur ! On vous souhaite, cher Carnets Paresseux, une belle production fruitée pour 2022, vingt dieux ! 🙂

  8. noëls au moins (avant que la saloperie ne nous tombe dessus) !
    Autrement j’aime bien toutes tes histoires d’animaux …
    ☺ Et la bise Jérôme pour encore une belle année de contes

  9. Jolie idée que cette rétrospective de l’écriture, quant à la « prospective » en effet, mieux vaut laisser les idées nous guider … un agenda ironique pour commencer 😉 ? Belle année d’écriture aux Carnets !

  10. Un immense merci de tout ce que tu nous apportes. Je me sens privilégié de faire partie de tes lectrices et lecteurs (encore que je dois bien avouer que je fais plutôt partie des lecteurs), et longue vie à tes écrits, quelle que soit leur forme !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.