Les trois pommes au château du roi

« N’est-ce pas le château du roi », demande la petite pomme verte ?
La petite pomme rouge se penche à son tour et, tout en chantant, répond : « Mais oui, c’est le château du roi ! Il faut que le dragon nous dépose ».  Et toutes ravies de la tournure de ce voyage, les trois petites pommes chantent en choeur  :

Trois petites pomme sur leur dragon
viennent visiter le château du roi
pour faire danser les chevaliers
pour le plaisir des belles dames
avec leur chanson jaune, verte, rouge.

Aussitôt, le dragon entame une longue spirale descendante vers les toits pointus des tours du château qui semblent monter vers les trois petites pommes et leur monture.
La petite pomme jaune, cramponnée sur le dos écailleux du dragon, dit : « oh, regardez comme on voit tous les détails, les oriflammes, les tours, les palefreniers dans la cour, et même, le petit guetteur qui s’agite drôlement sur la plus haute tour, comme il fait signe aux archers du roi alignés derrière les créneaux  ! Et la petite pomme verte répond : oh, des archers ? Pourvu qu’ils ne se méprennent pas en voyant le dragon ! »
Et voilà justement qu’une volée de flèches montent vers elles et cliquettent sur les écailles du dragon, tandis que les trompettes sonnent l’alarme d’un son aigrelet  ! La petite pomme verte verdit un peu plus, mais la petite pomme rouge s’écrie : « oh, s’ils le prennent comme ça, on va leur montrer qui on est :

Trois petites pommes sur leur dragon
qui oserait leur chercher noise ?
gare aux épaisses écailles vertes
gare aux longues griffes jaunes
gare à la grande flamme rouge.

Et voilà que le dragon plonge soudain vers le château, et les petites pommes voient la débandade des archers qui abandonnent les remparts à la première longue flamme rouge qui lèche leur côte de maille ! Au second passage, ses longues griffes jaunes emportent la plus haute tour et la moitié du toit du palais. Étourdie par le fracas des pierres et des tuiles qui s’écroulent en cascade dans la cour, la petite pomme verte se dit qu’il y a méprise, qu’elles ne sont pas venues pour ça, mais pour faire honneur au roi en chantant devant lui, et que le roi devrait envoyer son héraut les accueillir respectueusement et les prier de chanter devant les nobles dames de la cour parées de leurs beaux atours, et non donner l’ordre à ses chevaliers d’attaquer le dragon qui s’est posé sur les débris du pont-levis ! Un petit page voit les trois petites pommes perchées entre les grandes ailes, mais personne ne l’écoute et tout le monde brandit des épées et des lances !
« Ça ne doit pas se passer comme ça, s’écrie la petite pomme verte ! la petite pomme jaune lui répond : il faut parler au roi ! Il doit être dans le château », conclut la petite pomme rouge.

Aussitôt, le dragon, qui vient d’envoyer bouler chevaliers et montures lourdement caparaçonnées à travers la cour, s’envole jusqu’au grand escalier, enfonce la porte d’un coup de tête et s’engouffre dans le château, poursuivi à bonne distance par une cohue de chevaliers abrités derrière leurs boucliers colorés.
Décrire la confusion qui s’ensuit, meubles renversés, escaliers gravis ou dévalés, grondement des flammes et fracas des armures et des écailles entrechoquées, fuite éperdue des nobles dames comme des humbles serviteurs, cuisines dévastées, vaisselle brisée et compotier en miette ? Disons simplement que c’est à peine si les petites pommes arrivent à garder leur souffle et à poursuivre tant bien que mal leur chant !
Enfin, toujours juchées sur le dos du dragon, les voilà qui arrivent dans une vaste salle ornée d’écus, de buffleteries et d’oriflammes. Serait-ce la salle du trône ? La petite pomme rouge remarque, au fond, un grand fauteuil sous un dais, et, assis dans le fauteuil, un vieil homme à grande barbe blanche avec une couronne d’or : le roi !

Trois petites pommes devant le roi
juchées sur leur grand dragon vert :
couronné d’or jaune,
manteau d’hermine et velours rouge,
le roi Pépin à barbe blanche.

Soldats, chevaliers, dames en fuites, hérauts, et même le dragon, tout le monde s’immobilise. Et voilà que le roi se lève et se tourne vers les trois petites pommes perchées sur le dos du dragon, et dit d’une voix forte :
« Petites pommes, c’est une jolie chanson que vous nous chantez là. Et même une très jolie chanson. Vous pouvez être fières de vous ».

A ces mots, les trois petites pommes ne se sentent plus de joie. Mais voilà que le roi ajoute, avec un ton un brin grinçant et moqueur, un ton que les petites pommes ont l’impression d’avoir déjà entendu : « C’est seulement dommage que vous n’ayez pas quitté votre branche de pommier ».
Alors les trois petites pommes, regardent autour d’elles, ébahies : disparu le château, évaporés les chevaliers, égarés les oriflammes – sans parler du dragon – ; autour d’elles il y a des feuilles et des ramilles, et, tout près d’elles, l’irritante petite pomme bleue.

 

à suivre

***

5e épisode du conte pour l’agenda ironique  de février. Frog proposait qu’on cause dragon et quête de trésor. Et il faut trois mots, qui arriveront dans un prochain épisode : baragouin, buffle et méphitique.

illustration : enluminure, Dragon, fleurs et fraises, XVIe siècle,  Bibliothèque municipale de Toulouse/Gallica

45 commentaires

  1. Mince… Elles sont tombées sur un pépin, et pour des pommes, quand on voit le pépin…c’est qu’elles sont déjà à l’état de trognon 😉
    Comment tu vas nous rattraper ça, Carnets? Et la petite pomme bleue, elle m’a l’air maléfique…
    Je vais me faire du souci jusqu’au prochain épisode!

    • Le roi Pépin était assez inévitable 🙂
      comment je vais rattraper ça ? Je vais faire confiance aux trois petites pommes qui chantent… et à la petite pomme bleue, qui est peut-être juste vexée que ses copines ne l’aient pas emmené faire un tour en dragon !
      🙂

  2. Le Roi Pépin a été Bref mais concis !!! nous revoilà dépités revenus au point de départ ! et ce dragon, non, qui est allé nous détériorer le chateau de Pépin Le Bref !!!! Il a une idée derrière la tête avec son compotier, mais quand même !!! pffffuuuuuuuuiiiiiiiiitttttttttttt vivement le chapitre suivant qu’on lise la suite !

    • 🙂 oh, la brièveté du roi pépin n’était même pas fait exprès !! sinon, revenues au point de départ, les petites pommes ? hum, non, je ne dirai pas ça…. elles savent qu’elles ont un pouvoir, il leur reste à trouver lequel exactement …et à le maitriser 🙂
      et qui dit grand pouvoir dit grande responsabilité (dixit Superman).
      mais sinon, oui, vivement la suite qu’on lise la suite !!

  3. Bon jour Carnetsparesseux,
    Je me demandais avec tout ce fatras quelle « porte de sortie » tu allais prendre … et là, paf… les pommes sont toujours sur les branches … et si la petite pomme bleue était une sorcière ? 🙂
    En tout cas, j’ai hâte de lire cette suite, diantre 🙂
    Max-Louis

    • quel fatras ? je me suis dit que tant qu’à faire survoler un chateau par un dragon, fallait pas bouder le plaisir d’une petite bagarre épique ! et puis, bon, ça va un moment, l’exercice, alors l’histoire a repris son cours….
      la petite pomme bleue, sorcière ? du genre qui donne des pommes empoisonnées ?
      tu n’es pas loin, mais ça n’est pas ça ! à suivre, diantre !

  4. Alors ça, c’est marrant: j’aurais juré avoir vu un oiseau, enfin deux -le p’tit, imprudent, et le père, reconnaissant – à côté de ce roi bien grinçant. Et une histoire à l’épilogue démoli au milieu. J’ai dû rêver.
    🙂

    • ben, c’est des pommes, certes des pommes chanteuses, mais des pommes quand même… donc elles restent accrochées à leur branches… pour l’instant (le voyage n’est que partie remise) 🙂

  5. Quatre pommes accrochées à leur branche
    C’est mieux que finir en compotée
    Mais n’est ce pas Beethoven que j’aperçois endormi sous le pommier ?
    Il rêve en quatre couleurs et en musique.
    Pom pom pom pom …
    Mais c’est une autre histoire !

    • À propos de Beethoven endormi sous le pommier, je tiens du professeur Marcel Gotlib cette anecdote amusante : Un jour, Newton était allongé sous un pommier quand soudain il reçut une petite pomme bleue sur la tête. L’histoire dit qu’il en conçut la théorie de la gravitation !

    • Merci Marie Christine ; le dragon (piloté par les pommes) a pris soin de flanquer le compotier par terre en traversant la cuisine ! Ludwig endormi sous le pommier ? en fait, il fait semblant de dormir et surveille une demi douzaine de nichoirs pour accueillir les petits zoizeaux courageaux, en rêvant de cinq faux nids héroïques 🙂

  6. Je vois, elles en sont toutes retournées… ta ta ta ta tatin 😉 c’est magique quand même toute cette histoire, on tire sur un fil et tout se débobine ❤

    • Merci Mo ; est-ce que c’est le roi qui les a renvoyé dans leur pommier ? je n’y avais pas pensé, mais…. pourquoi pas ?
      vivement le prochain épisode pour voir si on y voit plus clair !
      🙂

  7. Le buffle on peut te le compter bon
    Mais comptes-tu intégrer les passages obliģés de mars 🙂

    • Merci John ! il me reste méphitique à placer pour février ; je ne sais pas encore si les petites pommes vont participer à l’agenda de mars (même si elles pourraient bien être le courage les unes des autres)… je vais peut-être bien boucler leur saga avant la fin du mois et écrire un texte rien que pour l’agenda de Joséphine 🙂

    • Dans l’état actuel du manuscrit, on peut imaginer une « boucle perpétuelle » : on repart au début du 1er épisode avec trois petites pommes qui chantent, puis une pomme bleue se pointe….. » et ainsi de suite :
      mais on peut aussi espérer que le prochain épisode propose quelque chose qui rebondisse un peu 🙂 la rédaction travaille sur la piste n°2 !!

  8. Ah, voici le très inattendu retournement à la Philip K. Dick du conte ! Quelle histoire !

    Un aspect que je n’ai pas évoqué jusqu’ici, c’est qu’au fil des épisodes, chaque pomme développe une personnalité qui lui est propre, mine de rien.

    • alors c’est Philip K. Dick que je n’ai pas vu venir 🙂 ! pour les pommes, leur caractère découle évidemment de leur couleur… choisie par hasard, qui fait bien les choses 🙂

  9. Surprenantes ces pommes-pommes girls! Voilà maintenant qu’elles ont de la branche 😉
    J’ai juste un peu peur que tous ces rebondissements finissent par les taveler… et du coup leur donner une odeur méphitique. Je croise les doigts pour que rien de pareil ne leur arrive!

  10. Ha la la, quelle montagne russe émotionnelle, surtout après le remue-ménage du dragon, voilà qu’on s’assoit sur la branche.

    • Ah, moi aussi, j’aurai bien aimé que les pommes s’installent au chateau, mais… l’histoire en a décidé autrement !
      retour au pommier (avant un nouveau départ…)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.