Reines des pommes ?

« Franchement, chanter sous votre branche, ça vous suffit ? Vous êtes vraiment les reines des pommes ! »
Les trois petites pommes sont tellement ébahies par ce que vient de leur dire la petite pomme bleue qu’elles restent coites. Elles ne sont pas les seules : tout autour du pommier planté en haut de la colline ronde, il n’y a plus un bruit, sauf le bruissement des feuilles agitées par le vent – et encore, le vent essaie de se faire léger léger et les feuilles de remuer le moins possible – tellement les racines, les herbes et même les bosquets alentours sont stupéfaits par les paroles de la petite pomme bleue et veulent entendre la réponse des trois petites pommes. Et voilà que la petite pomme jaune dit :  « Ben oui : on est des pommes… » ; la petite pomme verte enchaîne:  « et des pommes qui chantent… » ; et la petite pomme rouge conclut: « alors, oui, on peut dire que ça nous suffit, de chanter sous notre branche. »
Comme c’est bien répondu ! Ramilles et branches soupirent de soulagement. Qu’est-ce qu’elle croyait, cette petite pomme bleue sortie d’on se sait où, avec ses questions impertinentes ? Que les trois pommes – la jaune, la verte, et la rouge – ne sauraient pas lui répondre ? Mais la petite pomme bleue ne désarme pas, et demande :

« Je sais bien que vous chantez ; mais ensuite ?
– Ensuite, on mûrit au soleil », dit la petite pomme jaune. La petite pomme verte ajoute « et ainsi on devient une belle grosse pomme – rouge, verte ou jaune » avant que la petite pomme rouge ne dise à son tour : « Bref, comme c’est dit dans la chanson. Tu n’as pas bien écouté, petite pomme bleue, ou bien comme que tu es trop petite, tu n’as pas entendu tous les couplets… Alors on va la rechanter, rien que pour toi ! »
Quelles braves petites pommes rouge, verte, et jaune se dit la rivière qui en glougloute d’aise sur les pierres du gué, tandis que les trois pommes se remettent à chanter :

« Trois petites pommes
mûrissent au soleil
la première est verte
la première est jaune,
la première est rouge

Trois petites pommes
grossissent sous la branche
la première est verte… »

Mais voilà que la petite pomme bleue interrompt la chanson ! C’est trop fort !
« Non, mais vous vous écoutez pour de bon ? Et ça vous va vraiment ?
– Ben, oui, on est des pommes, alors, mûrir, grossir, ça nous va… », dit la jaune. « Et avant que tu demandes, tomber de la branche, ça nous va aussi », enchaine la petite pomme verte. « Parce qu’on est des pommes », conclut la petite pomme rouge en essayant de garder un ton aimable. Mais même les nuages dans le ciel et les montagnes au loin sentent qu’elle est un peu énervée : sa voix grince un peu et son teint est plus vermillon que d’habitude. La petite pomme bleue répond :
« On va le savoir que vous êtes des pommes. Mais après, une fois tombées de la branche, vous y avez pensé ?
– Hé bien, comme le dit la chanson, on roulera dans l’herbe, l’herbe rouge, l’herbe verte, l’herbe jaune », répondent les trois petites pommes.
Et tout le monde, branches, racines, bosquets, herbe et colline, de se dire silencieusement « Voilà, comme le dit la chanson. Et ce n’est pas une petite pomme bleue qui va tout remettre en cause avec ses questions insolentes ». Et pourtant, la petite pomme bleue ne se le tient pas pour dit :
« Mais après après, alors ? Quand vous aurez fini de rouler en bas de la colline, qu’est-ce qui se passera ? Paumées dans l’herbe haute, vous chanterez pour les musaraignes et les taupes, à la merci du sabot de la première chèvre qui passera ?
– Oh, c’est méchant de nous dire cela !
– Non, je ne suis pas méchante, c’est juste que je ne sais pas mentir. Et je ne me moquais pas de vous en disant que vous étiez les reines des pommes : vous chantez si bien que vous méritez mieux que de rester plantées là !!»

Que vont répondre les trois petites pommes ? La petite pomme jaune ne dit rien. Elle se tourne vers la petite pomme verte, qui reste silencieuse et regarde la petite pomme rouge. Celle-ci demande alors, mi ironique mi intriguée : « D’après toi, si on est les reines des pommes, qu’est-ce qu’on devrait faire ? »

Et la petite pomme bleue de dire : « Vous devriez chanter à la cour du roi ! »

à suivre

***

2e épisode du conte pour l’agenda ironique  de février. Frog propose qu’on cause dragon et quête de trésor (enfin, c’est plus compliqué que ça, pour en avoir le coeur net, faut aller lire chez Frog). Et il faut trois mots, qui arriveront dans un prochain épisode : baragouin, buffle et méphitique.

illustration : enluminure, Dragon, fleurs et fraises, XVIe siècle,  Bibliothèque municipale de Toulouse/Gallica

58 commentaires

  1. Est-ce que la petite pomme rouge se dit, n’ayant pas lu Charles Perrault mais pas née de la dernière pluie du jour: « Chanter toutes les trois à la cour du roi, les souhaits ridicules que voilà ! »?
    🙂

  2. Chanter à la cour du roi !
    Attention petites pommes, n’oubliez pas que toute petite pomme flatteuse (fût-elle bleue) vit aux dépens des petites pommes qui l’écoutent !
    Vivement la suite, Carnets Paresseux, et bonne journée à toi.

  3. Il est ravissant ton conte, mais je ne peux m’empêcher de penser au roman de Chester Himes : « La reine des pommes ».. Certes dans ton conte c’est au pluriel… Enfin voilà…

  4. La chanteuse Pomme, sacrée lors d’une récente émission de télévision, devrait apprécier ce conte tout fruité – même si elle a connu quelques pépins avant d’accéder à la gloire… 🙂

  5. C’est quand même dingue qu’il y ait toujours une petite pomme de discorde pour venir troubler l’harmonie et semer le doute, elle serait complotiste, la petite pomme bleue que ça ne m’étonnerait pas!

  6. Cette seconde partie est tout aussi alléchante que la première.
    j’appréhende un peu la suite tout de même
    une suite qui ne ferait pas de quartier … chez ses trois pommes si faites pour le bonheur.

  7. et si elle manquait simplement d’oxygène, la tite bleue ? cyanosée, faut lui ouvrir le col pour qu’elle respire….. je dis ça, je dis rien…… 😉

  8. Après le très grand succès remporté par le premier volet de la saga auprès de moi-même, puis de mes enfants, celui-ci ne déçoit pas, et rajoute même une tension dramatique proche du thriller. Vite, la suite !

  9. Elle est petite la bleue, mais elle a l’air d’en connaître du beau monde. Mazette, la cour du roi !
    Je suis impatiente de lire la suite… 😉

  10. Je retiens mon souffle… Quel est donc l’agenda caché de cette pomme de couleur douteuse… Vivement la suite !

    • a-t-elle seulement un agenda caché (et ironique), cette pomme bleue ? peut-être qu’elle ne ment pas quand elle dit qu’elle ne sait pas mentir 🙂
      la suite… arrivera autour de dimanche (mais le feuilleton s’achèvera-t-il à temps pour l’agenda de février , je n’en sais rien)

  11. Bon jour Carnetsparesseux,
    Elles vont finir dans une corbeille royale ? 🙂 Peut-être finiront-elles … immortelles … 🙂
    Max-Louis

  12. oui, à ce stade là, j’ai envie de lire le conte à la petite fille que je suis loin d’avoir encore ( vivement que je vois mes petits neveux) et d’avoir des illustrations comme les beaux livres de l’Ecole des loisirs que j’adorais lire à mes enfants!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.