Le tamanoir perché

Chaque soir le tamanoir
aux grands yeux noirs
tout pleins d’espoir
vient s’asseoir
au bar sur son tabouret.

Chacha, Mambo, Rumba,
Tango, Samba et tcétéra*
(*valse vénézuélienne, foxtrot, roulé-boulé et tutti frutti)
l’orchestre
joue tout cela chaque soir.

Et chaque soir ce tamanoir,
aux grands yeux noirs,
– deux lacs d’effrois –
reste planté sur son perchoir.

Pourtant il adorerait danser
le tamanoir, devinez quoi ?
personne ne sait !
alors l’orchestre n’en joue jamais
et le tamanoir ne quitte pas
son tabouret.

***
Poème animalier pour continuer la série des poèmes animaliers.

illustration : Tamanoir, Johann Christian Schreber, Die Säugthiere in Abbildungen nach der Natur, mit Beschreibungen, 1774, Biodiversity Héritage Library,

33 commentaires

    • Merci Dominique
      La Fontaine n’est jamais loin

      un tamanoir sur un tabouret perché,
      tenait dans sa gueule une fourmi
      un fourmlier par l’odeur d’acide formique
      lui tint à peut près ce diptyque…

  1. pourrait commencer par la danse des canards ton tamanoir, ça aurait l’avantage de rimer à défaut de rythmer… Bonne soirée Carnets – bises d’Onésime et de Gibs

  2. Le tamanoir enroulé dans sa cape de velours noire,
    La mèche blonde et le regard de jais, attends patiemment
    Que l’orchestre arrête de jouer son éternel répertoire,
    Pour s’installer au piano et jouer un air plus élégant,
    De préférence du Brahms ou la polonaise de Chopin
    Juste de quoi se faire offrir une chopine,
    Avant de repartir
    Pour Monastir.

    Bonne nuit et au dodo le Paresseux !

  3. Je soupçonne la gigue, dodo
    soit binaire ou ternaire
    me semble que ça lui ressemble
    en boucle et à l’envers

    Faudrait lui parler de la roue
    qu’on huile plus vite si elle couine…

    Tout le monde sait
    et même bien
    que tamanoir qui ne dit rien
    attendra longtemps son refrain

    Allez l’orchestre, une petite gigue
    si vous en savez une
    c’est clair que l’envie le démange
    sur son banc de fortune…

  4. Pauvre tamanoir
    sur son tabouret
    Ne sait pas parler
    mais a bien montré
    que s’il en est une
    qu’il voudrait danser
    la rime opportune
    montre la bourrée

  5. J’avoue que ça n’a qu’un rapport assez distant avec ton remuant poème, mais il m’a permis de me souvenir que quand j’étais enfant, j’étais persuadé, dieu seul sait pourquoi, qu’il y avait des « tama- » de toutes les couleurs: « tamableu », « tamarouge », « tamablanc », etc…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.