Il y a des jours

Un arbre.
Là, juste devant moi.
je le regarde.
Je suis là pour ça.
Sorti contempler la nature,
source éternelle d’inspiration.
Parait-il.
Je regarde encore.
Dessus l’arbre, deux corbeaux.
« Deux corbeaux ?
Sur un arbre ? »
Es-ce que j’ai la berlue ?

Je regarde mieux et c’est bien ce que je vois : Deux corbeaux. Sur un arbre. Perchés.
Non, je n’ai pas la berlue
– quoi que puisse être la berlue –
mais j’ai beau regarder encore et encore,
vous vous en doutez,
pas le moindre renard ni bien sûr, aucun fromage.
Zut alors !
Aussi, ce serait trop facile, ça ferait trop fable.
Pourtant, je vois vraiment devant moi cet arbre et ses corbeaux.
Alors quoi ?
Est-ce qu’un des deux corbeaux serait en réalité le renard ?
Masqué, grimé pour tromper son compère, et perché à côté de lui pour mieux l’entourlouper ?
Peut-être.
Mais alors qui ferait le fromage ?
Non, le vrai, c’est qu’il y a des jours où la réalité refuse de donner sa part à la fiction.
Pas partageuse, c’est là son moindre défaut, surtout avec sa voisine. Qu’est-ce qu’elle faisait au temps chaud, celle-là ? Elle rêvait ? Encore ?
Évidemment, faudrait – la réalité – la brosser dans le sens du poil, la flatter avec des mots qui la rendent importante, unique.
Alors elle ferait peut-être un effort et de ce fatras de petits faits aussi vrais qu’inintéressants, une morale apparaitrait, une fable se dessinerait.
Mais là, rien.
Juste deux piafs noirs sur un arbre.
Rien de plus, rien de moins.
Pas de renard, pas de fromage.
Pas un début de phrase flatteuse.
Pas de fable, pas de morale.
A ce compte, je ferais aussi bien de laisser tomber l’hypothétique inspiration née de la contemplation de la nature
et de rentrer écrire la suite du feuilleton qui sommeille depuis deux semaines.
Et voilà que l’un après l’autre, les deux corbeaux s’envolent.
Reste l’arbre.
Et, au pied de l’arbre, moi, le bec large ouvert, qui reste coi.

***

Illustration : Georges Meunier, le bec Kern BnF/Gallica

28 commentaires

  1. Ben oui, ça va cinq minutes la grand messe à la nature
    mais quid de la littérature ?
    Elle (la littérature) est quand même vachement plus réaliste, vraie et attrayante.

  2. Tu aurais dû attendre encore un peu, le renard et le fromage ont peut-être pris du retard sur une ligne surchargée du RER ou bien l’ascenseur est tombé en panne, mais si c’est pour reprendre le feuilleton alors tu as bien fait 🙂

    • tu as raison, c’est compliqué ! en même temps (comme dit l’Hautre) est-ce que c’est la faute du renard si l’auteur sait pas quoi dire ?
      et oui, le feuilleton reprendra mercredi prochain !

  3. J’adore cette anti-fable, écrite en creux, sur une absence d’évènements dont nous ne tirerons aucun enseignement.

    Quant à la berlue, cela ferait un joli nom pour un oiseau ou pour un fromage.

    • Oh, une berlue s’envole derrière l’étang ! tu as raison, on dirait un vrai nom d’oiseau ! 🙂
      Mais pour ma défense, en vrai, j’ai vraiment vu un arbre avec deux corbeaux. Et en vrai, je me suis dit « et si je racontais ça ? » et je n’ai rien trouvé à raconter.

      • Pour le renard, je peux te suggérer le Petit Prince, je crois qu’il a ça dans ses relations !
        Sinon, j’ai prévu de participer à l’agenda ironique de juin, puisque je publierai un billet sur l’été.
        J’ai déjà le début : « La nuit, les bruits sont en fête » et la fin « Finalement, j’ai rencontré une brouette, et j’ai pensé qu’elle me prêterait une oreille attentive ».
        Il ne me reste plus qu’à écrire le milieu.

    • Ah, tu crois qu’en vrai le renard flatte le lecteur en faisant semblant de parler au corbeau ? Théorie intéressante…qui ferait de La Fontaine un mangeur de fromage 🙂

  4. Eh, eh…
    2-2=0 (0 comme un grand bec ouvert)
    Le résultat est nul…
    mais le texte ne l’est vraiment pas !

    Une petite morale ?
    « Quand corbeaux viennent sans fromage,
    Plus de renard dans les parages »

  5. Bon jour Carnetsparesseurx,
    C’est cela aussi la magie de l’écriture et ainsi de l’exploration d’une branche à une autre à poser la plume encrée noire corbeau pour ce texte entre la jonction du réel et l’imaginaire est un acte audacieux qui porte son fruit, la chute, mine de rien : »Et, au pied de l’arbre, moi, le bec large ouvert, qui reste coi. »
    Max-Louis

  6. J’espère que tu n’es pas « honteux zet confus », en prime ! 😉
    Parce que ce serait injuste de payer pour l’absence d’un renard inconséquent…
    Excellente, cette non-fable.
    J’ai adoré
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Répondre à Lazuli Biloba Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.