L’étoile dans le ciel vert

Soir après soir les jours se taisent,
Chaque matin la nuit éteint
Le grand tohubohu bleu d’hier.

L’étoile s’isole dans le ciel vert
Et chacun vaque à son chemin
Où sont les cris et les colères ?

Printemps tardif, automne mauve,
Où va l’ami, passé la porte ?
Comment savoir ce qu’on oublie ?

Qui de la vague ou de la houle ?
Qui de la poule ou de l’oeuf ?
Comment dire ce qu’on ne sait pas ?

Questions infinies et idiotes
Chaque matin la nuit éteint
Le grand tohubohu bleu d’hier.

Où vont les cris et les colères ?
Passent l’été rouge et l’hiver,
Soir après soir les jours se taisent.

 

****

Toujours à l’invitation de La Licorne, qui voulait un petit poème d’entre quatre et seize vers avec les quatre mots suivant (étoile, infini, mer, homme) empruntés à Rimbaud et quatre couleurs. J’ai un peu débordé, remplacé mer par houle, et encore évité l’homme – allez savoir pourquoi.

illustration : Maurice père et fils, rue Amelot : Cirque d’Eté, Champs-Elysées – Carré Marigny. Début de demoiselle Emma Juteau, 1878. BnF/Gallica.

33 commentaires

    • « étrange et beau »…. pour le premier qualificatif, je dois dire que ce poème a poussé un peu tout seul : il est étrange aussi pour moi 🙂
      pour le second : merci Juliette !!

      • Je suis d’accord avec Juliette
        étrange (cette mélancolie qui s’exhale du poème alors que tout n’y conduit pas)
        beau (l’ensemble que donnent ces « couleurs »)

        • Merci Aunryz
          je suis pas fort en explication de texte,
          mais c’est vrai qu’en le relisant je ressens (sans l’expliquer)
          comme un petit fond d’inquiétude qui point entre les mots.
          Pourtant,
          on pourrait aussi y voir une grande tranquillité : quoiqu’on fasse, le silence efface le bruit (donc les questions, d’allieurs idiotes !) de la veille.

          Mais bon, je ne suis pas fort en explication de texte,

          Merci² Aunryz ²

  1. Belle balade ou ballade, les deux seraient possible, la poésie te sied bien, Carnets, même sans respecter à la lettre la consigne, faut parfois s’écarter du chemin pour qu’il s’éclaire 🙂

Répondre à Laurence Délis Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.