Le Noël du Loup

« J’ai faim, et il est grand temps de manger », reprend le loup en baillant. Effrayée, la fillette recule, et reculant, butte sur la luge et tombe en travers d’un gros sac qu’elle n’avait pas encore vu.
– Mais qu’est-ce que c’est que ce sac, Loup ?
Le loup se tait. La gamine attrape le haut du sac, le soupèse.
– Dis, il est lourd. On peut savoir ce qu’il y a dedans ?

Le loup garde le silence. Entrouvrant le sac, elle jette un oeil : un paquet ? Du bolduc ?
Alors, fronçant les sourcils et prenant son ton le plus sévère :
– On dirait que tu triches, Loup ! Tu n’as même pas distribué tous les cadeaux et tu as le toupet de vouloir me manger !
Alors, le loup passe sa longue langue rouge sur ses dents aiguës, esquisse un demi-sourire, et dit :
– Tout doux, fillette, tu as raison et tu as tort. C’est vrai, je n’ai pas tout à fait fini ma distribution ; un peu de patience. Tiens, au fait, ta Mère-Grand a insisté pour que je te donne ça ; oui, j’ai un peu mordu dedans, mais je t’en ai laissé ! »
Et de lui tendre un petit panier avec un pot de beurre et des miettes de galette.
« Mais parlons plutôt d’un vrai repas ! »

La fillette tremblotante bafouille quelque mots. « Quoi ? Moi, te manger ? répond le loup. Où as-tu été chercher une idée pareille ?  »

Voilà qu’il attrape le sac et en sort une demi-dinde avec presque tous ses marrons, une part de bûche, un grand pot de soupe bien fermé et une large tarte aux myrtilles.

« Grâce à toi, je suis entré dans pas mal de maisons ce soir, alors j’en ai profité pour visiter les garde-manger. Tu sais que j’ai un faible pour la nourriture. Ne me regarde pas comme ça, je n’ai rien volé, ce sont les restes de leurs réveillons. Bon, toi aussi tu dois avoir faim. Alors, pas de chichi, on va casser une petite croûte et puis après, je te raccompagne chez toi, d’accord ? »
La gamine, éberluée, reste coite.

« Allons, je ne vais pas manger tout seul, alors si tu n’aimes pas la dinde, attrape cette tarte et fais-moi le plaisir d’au moins planter une ou deux dents dedans ! »
Deux dents dedans ? songe la gamine en soulevant son capuchon rouge avant de mordre dans la tarte aux myrtilles, qui en retour lui dessine à travers joues un grand sourire mauve.
Le loup, entre deux bouchées, ajoute :
« Voilà ! Et puis tu ouvriras ce paquet. Il n’y a pas de raison que tu sois la seule à ne pas avoir de cadeau. Joyeux Noël ! »

 

 

 

***

ainsi s’achève le 11e et dernier épisode du feuilleton de Noël ! Rappelons qu’il commençait ici

Illustration : New York public library, digital collections.

35 commentaires

  1. Belle faim !
    Le loup avait un sac à Alice, le partage s’est fait (« Libération » ce matin titre « Le Libé des animaux »), le sang a été remplacé par la myrtille, et l’auteur de ce joli conte de Noël peut aller boire quelques verres de champagne à la santé de ses deux héros… si humains ! 🙂

  2. Deux dents dedans, mais oui, mais oui !
    Merci pour ce joli conte revisité, ça été un vrai plaisir. Et joyeux Noël à l’auteur qui, cette fois, n’a pas fait son paresseux 🙂

  3. Joyeux Noël à toi, cher Dodo
    Je lirai ton conte in-extenso aux enfants qui viennent pour les fêtes.

    ✫ ✫* *
    ✫ ✫ ✫.★**
    `⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•✫
    ..✫¸.•°*”˜˜”*°•.✫
    ☻/ ღ˚ •。* ღღ ˚ ˚✰˚ ˛★* °ღ ˚ • ★ *˚ .ღ 。
    /▌ *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰*
    / \ ˚. *˛ ˚ღღ* ✰。˚ ˚ღ*。 ˛˚ ღ ღ 。✰˚* ˚ ★ღ。
    ღ˛°* ღ ღ Un bisou céleste pour toi

  4. Mais c’est adorable! et racontable aux enfants… Et tellement dans l’esprit de Noël!
    Je m’attendais à ce que la petite fille ne soit pas mangée mais je ne m’attendais certes pas à ce réveillon dans la neige…
    Bon réveillon à toi
    Mo

    • Merci Mo ! je suis touché que la fin te plaise et te surprenne !! comme il n’était pas possible de finir sur un carnage (le sang sur la neige, tout ça…), j’ai laissé le loup ruser pour manger avec la gamine sans manger la gamine !!!
      bon réveillon à toi !!

  5. Bon jour,
    Une belle performance que la création de ce conte qui ne s’est pas laissé conter … En tout cas la morale de cette histoire est qu’il ne faut rester sur ses acquis, si ce n’est sur certaines croyances … le monde que nous vivons a plus d’un tour dans … son sac 🙂
    Max-Louis

  6. Noël est passé mais il n’y a pas de trêves pour lire des contes de Noël et la fin du tien est comme une continuité de ce jour, tout en rondeur de saveur et de partage.
    J’adore !
    Merci Carnets pour ce conte joliment conté.

  7. ouf ! un happy end ! c’est mieux pour Noël quand même !!! heureusement que les deux dents n’étaient pas en or, elles auraient fini dehors !

    • jolies, les dents d’or 🙂
      et oui,pour Noël, j’étais « obligé » de finir bien ; sans compter que je préfère toujours que ça finisse bien, même à Pâques ou à la Trinité 🙂

  8. Un loup écolo et partageux
    si nos loup d’en haut pouvaient le devenir.
    Le conte est bon … celui là
    si d’autres pouvaient l’être aussi.
    Bonne année à toi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.