Un poème de volaille

23

08/11/2019 par carnetsparesseux


S’il suffisait de dire la plume
l’oeil rond, l’aile courte,
le bec jaune au ras du bitume

pour faire un poème de volaille.

Si dire l’oeuf suffisait
puis le poussin le coquelet
la poule et puis l’oeuf encor

pour faire un poème de volaille.

S’il suffisait de dire la faim,
le long jour de picorage,
les becquées de graine et de grain

pour faire un poème de volaille.

La basse-cour et ses mystères
s’il suffit de dire tout cela,
le soleil la pluie la poussière,

alors, voilà un poème de volaille.

Mais comment savoir si pour eux,
poule, poussin, coq et oeufs,
Ces mots raboutés vaille que vaille

sont bien un poème de volaille ?

 

 

* * *

Poème clin d’oeil à Victorhugotte, qui enseigne la poésie aux poulets.

illustration : Prosper-Alphonse Isaac, CoqBnF/Gallica

23 réflexions sur “Un poème de volaille

  1. Dans la maison Poulaga
    le préfet s’appelle Lallement
    il caquette de la casquette
    et devant son chef se tient sur la ligne de crête
    un an de Gilets jaunes d’œuf
    et des omelettes d’yeux éborgnés
    de mutilés comme en 14
    basse-cour de l’ignominie
    les droits de l’Homme
    sont un mythe pour les poulets °) °(

  2. Leodamgan dit :

    On n’a jamais dû bien interpréter les « cott, cott, cott » et les « cocorico » à leur juste valeur poétique. Heureusement que tu es là! 😉

  3. victorhugotte dit :

    Comment savoir? C’est simple, il faut les écouter glousser. Et puis aussi si les œufs sont bons, c’est bon signe. Et puis (comme je le maintiens) ils ne sont pas difficiles. 😊 En tous cas moi ça me plait bien.

  4. iotop dit :

    Bon jour,
    Tout cela est rondement mené au chant d’une aurore qui s’ébroue la basse-cour devient ainsi la haute cour dont l’œuf est le point central … il est donc bien question de volaille … si je peux mettre mon grain …
    Max-Louis

  5. J’adore ton poème de volaille et son illustration coq-asse.

    • Merci Marinade : ) les estampes de Proper-Alphonse Isaac sont aussi belles que méconnues (en tout cas je ne le connaissais pas avant de l’avoir découvert sur Gallica !

  6. Sabrina P. dit :

    Qui de l’oeuf ou la poule ? Peu importe, je me suis laissé emporter par ton poème de cocotte qui en volaillait la peine 🙂 ! Belle journée, Sabrina.

  7. Aunryz dit :

    Beaucoup moins violent
    et plus mélodieux
    que la poule au pot.

    De dedans sa coquille
    le poussin applaudit !

  8. Une poule sur un mur
    A pondu quatorze œufs frais
    Mais pendant qu’elle pondait,
    Le soleil d’août les cuisait.

    Un poule sur un mur
    A couvé quatorze œufs durs.
    Il en sortit des poulets
    Aussi durs que des galets.

    C’est depuis lors que l’on voit
    Folle encor de désarroi,
    Une poule sur un mur
    Qui picote du pain dur.

    C’est depuis lors que l’on voit
    Picoti et picota
    Une poule qui cent fois
    Grimpe au mur et saute en bas.

    Maurice Carême

  9. Nemesis dit :

    Qui a dit que les poulettes n’aimaient pas les poèmes ? Je tenterai de leurs lire ces mots voir si elles ont quelques avis à glousser. Belle journée.

  10. Plaisir de lire ton étincelle de malice parée de naïveté feinte, au milieu de mes préparations de cours. Cela m’avait manqué. A bientôt M. Paresseux 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :