Cinq ou six matins plus loin…

38

21/10/2019 par carnetsparesseux

Voilà qu’un jour survint, tout frais. Alors Il souhaita avoir aussi tout ça : poissons dans un bassin, piafs dans l’air. Aussitôt, sortis du marigot tout vivant, qui flottant, qui rampant, qui gambadant, qui trottant, qui volant, voilà qu’il y avait autant d’animaux qu’Il l’avait voulu. Alors Il sanctifia son zoo, disant : multiplication sans accroc, conjugaison sans souci, pondaison illico, frai à gogo !
Voilà un jour. Son nom ? inconnu. Mais ça fait cinq.

Au jour qui suivit (un court instant, on a cru qu’Il radotait, disant son souhait : piaf, poisson… – voir au jour dit d’avant) Il fit tout un tas d’animaux, baignant à ras bord du bassin ou courant partout sur l’ilot. Alors, Il dit : « Ah, ça Nous plait ». Puis Il dit aussi : « Faisons un quidam (Mon quasi avatar), il distraira mon chagrin quand il faudra, puis finira patron du zoo ». Illico, suivant Son discours, copiant Son quant-à-Soi, Il forma dans du limon frais un gars à Sa façon, un garçon plutôt costaud, mais naïf. Puis Il lui adjoint un joli doublon vital. Puis Il oint tour à tour pantin, puis doublon. Il dit :

« Promis, pour vous, un plus un ça produira lardons ou marmots tous azimuts. Un maximum. Pour boulot, papa, maman, caïd, boss, adjudant du zoo. J’y crois ! Toi, l’humain, tu auras pour pain : ananas, choux, noix, gland, abricot, tous fruits nourrissants. »

Aux animaux, anchois, cabillaud, albatros, busard, lapin, bison, loup ou lion, coucou, pinçon, crapaud, Il donna grain, foin ou gazon pour tout frichti. Sans souci. Il vit son boulot accompli, fut satisfait. La nuit tomba, puis un jour vint. Allons bon, ça avait pris quoi tout ça ? Six jours, sans distraction. Tout bon, quasi parfait, tout ça !

Ainsi Il fit cosmos lointain, bon limon, sol costaud, plantation, animaux volant ou trottant, tutti quanti. Avant huit jours clos, Il trouva son boulot fini. Aussitôt Il s’assoupit dans Son divin hamac, distraction du grand fourbi accompli. Alors, Il dormit tout son saoul un jour durant, qu’Il oint pour Son travail.

 

à suivre

*  *   *

En hommage à James Ussher qui a assigné la date du 23 octobre -4004 à la naissance du monde, une transcription de la première semaine de la Genèse  lipogrammée en e.

illustration : Les Heures de la Vierge Marie, 15e siècle. BnF/Gallica.

38 réflexions sur “Cinq ou six matins plus loin…

  1. La semaine fut chargée : heureusement, les congés payés furent inscrits dans les Tables de la loi : Onzième commandement, « Tu seras grassement rétribué pour te tourner les pouces endoloris sans que ton patron puisse s’y opposer ». 🥴

  2. gibulène dit :

    Bravo pour ce lipogramme de haut vol ! rien que d’en parler, le e réapparaît 😀

  3. Domi Amouroux dit :

    Pour vous, un travail accompli. Pour nous du plaisir. Bravo ! (mon premier lipogramme en e)

  4. ...ire dit :

    Hormis … ce que je tais poliment,
    il y a un peu de t de petit qui manque à son somme de la dernière phrase.

  5. Bravo Carnets, belle disparition du e pour ces premiers matins contés !

  6. Caroline D dit :

    Et ce pauvre petit e tout seul dans la grande mare évolutive. Reste à savoir s’il s’amusera longtemps.
    Quoi qu’il en soit, moi je souris.
    Faut le faire.

  7. il est là, il est là !! tout naissant dans « il m’amusera »… c’est en tout cas bien chantant tout ça !

  8. Célestine dit :

    Magistral ! petit bémol : Et à la place de « il m’amusEra » « il ravira bibi » ?
    Je sais je cherche la petite bête…
    Bisous mon dodo
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

  9. iotop dit :

    Bon jour,
    A grands pas voilà qui posa, mais pas tout à trac, non non, la voix d’un mot puis suivants, ici il cogita fort pour nous offrir pour nous la part d’un bon choix! Bravo , bis, bis …
    Max-Louis

  10. Leodamgan dit :

    J’adore ton style et ton humour. Et faire un texte aussi long sans « e », chapeau!

    • Merci Mo ; j’ai essayé (en vain ?) de rester le plus fidèle possible au texte original
      🙂

      quant à la longueur, plus que trois épisodes… je reste donc bien loin derrière Perec !

  11. Non seulement c’est sans e mais c’est drôle et hautement spirituel : Bravo pour ces tours de force !

  12. Frog dit :

    Ma foi si la disparition du e est la condition de tant d’épatante vitalité, chantant et rebondissant, je crois que je vais tenter de tenter ! Bravo, je me suis régalée !

    • Que la Genèse induise la tentation, c’est un comble, non ? je pense que tu n’as pas besoin du lipogramme pour écrire très bien, mais oui, essaie, c’est un jeu très drôle ( et un peu omnubilant) 🙂

  13. Julien Hirt dit :

    J’admire beaucoup le fait que, malgré la contrainte extraordinaire que tu t’imposes, un style surgit, en particulier dans les dialogues, savoureux.

    • En vrai, je me demande si ça n’est pas de la contrainte que nait le style : l’absence du e impose des mots, mais aussi un temps, des tournures de phrases, etc… 🙂

      • Julien Hirt dit :

        C’est juste, je n’avais pas vu les choses de cette manière. Comme si, en prenant la peine de l’écouter, on prendrait conscience que le langage contient, de manière larvée, toute la littérature.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :