Éviter la chute !

43

19/02/2019 par carnetsparesseux

Léobille rêve : deux bicyclettes filent sur le chemin qui se tortille d’aise sous le chatouillis caoutchouteux de leur pneu à la gomme. Sur les talus, les arbres se poussent pour éviter les circonvolutions tortillonneuses du chemin qui les bousculent – les circonvolutions – en grognant – les arbres. Fières, les deux cyclettes ne prêtent pas attention à ce galimatias et filent en raison inverse du carré du défilement du développement de la circonférence de leur roues sur le linéaire du chemin, et en vrombissant. Surpris, Léobille demande au Major fièrement perché  sur l’autre selle :
« En raison inverse du carré ? »
– Oui, parce qu’elles sont rondes, les roues : c’est donc l’inverse du carré qui s’applique ».

Léobille a le temps de voir, perché sur un arbre du talus, un corbeau ; le piaf, interloqué par la réponse savante du cycliste, ouvre un large bec ébaubi ; il regarde son fromage qui, libéré, délivré, ne tombe pourtant pas. Il a évité la chute. En voilà un qui n’est pas prêt de se faire larciner par le renard.

De la saynète entraperçue et sitôt disparue, le Major pérore doctement : « Éviter la chute, d’accord, mais laquelle ? La chute des anges rebelles ? Une belle bande de réfractaires ! Et si on croit la Bible, il est un peu tard pour l’éviter, et puis cette chute-là rentre dans le plan de Dieu, non ? Avoue que ça serait ballot d’aller contre. Alors celle de l’empire romain ? Même pas en rêve : tout un tas de fainéants qui n’ont même pas inventé la rustine ! Cela dit, éviter la chute, c’est la meilleure façon pour un gromancier de tenir la distance, de pondre de bons gros romans bien gras… »

Léobille n’écoute plus les carabistouilles de son compagnon : il rêve à la belle Pelisse qu’ils doivent rejoindre à la surprise partie d’anniversaire de Bison Ravi, tout en récitant in petto une page du Vomi qu’il conjugue à tous les temps de l’imparfait. En effet, son végétalocipède issu des meilleurs serres de l’Haÿ-les-Roses a depuis longtemps délaissé l’énergie médiocre du mollet humain pour se convertir à l’énergie grammaticale. Il lui faut donc conjuguer, accorder, déclinaisonner et patin-couffin jusqu’au bout du chemin sous peine de végéter sur le bord de la route. Voilà pourquoi ses fontes sont chargées des œuvres complexes de Jean-Sol Partre. Il y a des jours où il envie le Major qui, armé d’une triviale cyclette à pédalier, mollète fièrement et ne parle que quand il veut – c’est-à-dire tout le temps.

Pour faire mentir le rêve de Léobille, voilà le Major qui se tait et glisse un disque sur le plateau de la fourche avant, celle qui est équipée d’un saphir : en échange d’un bon coup de pédale (l’idéal est d’assurer un quarante-cinq tours bien régulier), et par le truchement de deux petit hauts parleurs reliés par un circuit disruptif ad-hoc il va pouvoir finir la ballade en écoutant un petit jazz pas piqué des hannetons.

Las, la côte s’obstine à grimper le long de la colline qui ne fait rien qu’à se dérober sous la route, et le jazz coince sous l’effort ; les clarinettes grincent et la trompinette barrit plaintivement. Dérangé dans sa quête amoureuse (il voit l’image de sa belle dans le ciel, dans les nuages, dans les arbres et dans les feuilles, dans les herbes et dans les champs et jusque dans les branchettes de son guidon), l’oreille écorchée par les couinements geignards, Léobille gémit : « Pelisse partout, justesse nulle part ».

Indifférent au tohu-bohu, le Major reprend son antienne : « Si c’est la chute de la pluie qu’il faut éviter, il y a plusieurs façons : si ça tombe léger, des sauts de cabri suffisent pour passer entre les gouttes ; si ça drache en logorrhée, il n’y a pas de perlimpinpin qui tienne : faut s’arrêter et sortir le parapluie ; mais là, on n’avance plus. »

Quoi disant, il pose le pied à côté de son vélo, retire sa casquette à trois pans d’un geste coquet et fait un petit bond habile en hurlant à l’adresse de Léobille :

 « Le meilleur moyen d’éviter la chute des cheveux, c’est de faire un pas de côté. »

 

 

***

Pour l’agenda ironique de l’Écriturbulente, fallait un rêve d’absolu, des péripéties et une chute finale piquée à Groucho Marx. Chez la Licorne, fallait des mots présidentiels ; et puis j’ai emprunté à Julien Hirt sa bicyclette végétale à propulsion grammaticale, et à Boris Vian son nonante-neuvième anniversaire (avec vingt jours d’avance, mais je parie qu’il s’en fiche), le Major et Léobille, et, bien sûr sa trompinette.

Illustration : Dumenil photographié sur le balcon de l’agence Rol, 1919. BnF/Gallica

 

 

 

43 réflexions sur “Éviter la chute !

  1. almanito dit :

    C’est vrai que la balade est déjantée mais agréable en si bonne compagnie!

  2. juliette dit :

    Très amusant 😁 et personne ne t’engueulera pour cette historiette à la Vian , même pas Jean Sol Patre n’oserait !!!

  3. chachashire dit :

    « gromancier », voila tout est dit, résumé, c’est excellent et pis c’est tout.

  4. La Licorne dit :

    Mais où vas-tu chercher tout ça ? Je suis sûre que tu as un petit vélo dans la tête, qui tourne, qui tourne…:-)

    En tout cas, bravo : malgré le nombre de défis et de côtes à gravir, tu es resté bien en selle d’un bout à l’autre du texte…et sans chuter. C’est toi qui l’auras, le maillot jaune !
    (à ne pas confondre avec le gilet)

    • Mais je ne vais rien chercher ! enfin, si, j’associe, je pose côte à côte et je regarde ce qui se passe (et puis là, le petit vélo a été emprunté à Julien Hirt, faut rendre à Cesar)

  5. […] ce dix-neuvième jour de février, Carnets Paresseux se met en selle et s’emploie avec ses potes Le Major et Léobille à éviter la chute. Il […]

  6. On a frôlé la quadrature du cercle! Un texte plus royal que présidentiel (parce que la petite reine…)

    • La quadrature du cercle, ça doit pas tourner bien rond (y a quelqu’chose qui cloche la dedans, j’y retourne immédiatement, aurait dit le tonton bricoleur de Boris.)
      🙂

  7. Léobille ignore qu’il est suivi de loin – sur un vélo électrique, pour ne pas se viander – par Rouletabille lui-même. La police de la route utilise le ratio : un sur deux. On a pu ainsi embaucher du monde et le chômage a chuté dans les récipients historiques du préfet Poubelle.

    Le philosophe à la pipe (un instrument nocif relégué désormais dans le musée des Arts et Traditions populaires de Brive-la-Gaillarde) se penche sur son nouveau traité : « La roue est un humanisme ». Sa compagne préfèrerait pourtant un autre titre : « En voiture, Simone ! »

    • Mais il y a bien faillit y avoir deux pouliciers à vélos dans cette histoire, mais ça m’aurait fait trop de personnages : tant pis pour les stats !
      Comme l’aurait dit Simone, « On ne nait pas cycliste… » (si ça n’est pas de la pipe !)

  8. iotop dit :

    Bon jour,
    Un bijou de texte. Il se lit à haute voix avec des reliefs dont le vallonné est superbement galbé aux changements de braquets les mots suivent s’interpellent se tissent et développent une belle allure avec de ces regards syntactiques dont les phases s’entrechoquent avec élégances et le souffle s’éprend de cet ensemble presque de perfection qui chemine allégrement sur la portée vocale jouissive …
    Max-Louis

  9. Ce texte est génial ! Que de prouesses stylistiques et de pirouettes lexicales 🙂 Je me suis bien amusée à le lire !

  10. Frog dit :

    Alors il me manque les références mais cela ne m’a ps empêchée de suivre cette bicyclade voile au vent avec grand plaisir !

  11. Leodamgan dit :

    Il est très sensuel ton texte. Le chemin qui se tortille d’aise sous les chatouillis…
    Il est aussi déjanté sans dérailler, il a combien de vitesses, ce vélo?

  12. Julien Hirt dit :

    Qui aurait cru que mon idée absurde serait utilisée avec tant de poésie et de drôlerie ? Très heureux d’avoir indirectement contribué à un si beau voyage !

  13. celestine dit :

    Ah ton talent est vraiment cotangent au carré de l’hypoténuse et réciproquement !
    Un régal mathématicocycliste ou cyclomathématique de première bourre.
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

  14. Caroline D dit :

    Déjà de s’appeler Léobille et Pelisse…

    Et puis j’aime, même à mort, et où qu’on se trouve perché,
    j’aime, dis-je, qu’on puisse y déclinaisonner.
    Avec ou sans poudre. De perlimpinpin surtout.
    Quitte à y perdre quelques poils.

    Une chose est certaine, tu pédales bien.

    • Léobille, c’est un vrai personnage de Boris Vian ; Pelisse, c’est aussi un joli prénom, mais c’était surtout pour placer un mauvais jeu de mot imitant le slogan « police partout, justice nulle part »
      si mauvais que personne ne l’a relevé
      🙂

  15. patchcath dit :

    J’aime bien cette promenade en biclou. Un peu dopés les deux mecs non, mais c’est connu dans le … Oups j’aurais pas du ! attends je me retourne, histoire de faire un pas de côté et garder mes cheveux

  16. […] Éviter la chute ! C’est chez Carnets Paresseux. […]

  17. L'Ornitho dit :

    Heureusement sont pas sur un tandem … après la roue au carré, la tête ? C’est passé un cheveu, non 🙂 ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :