La recette de la Jumeleine (agenda ironique de janvier)

Et voilà que l’agenda ironique, après son passage chez Patchcath l’an dernier, commence la nouvelle année ici même ! Alors de quoi qu’il va s’agir ? Et bien comme il a été longuement question de jumeleine dans les dernières moissons de l’automne passé (on moissonne en automne maint’nant ? décidément, yaplu d’saison !), il s’agit tout simplement de démarrer l’année avec la recette de la jumeleine.

V’z’allez me demander  : « Mais la jumeleine, est-ce un plat, un gâteau, une friandise, ou encore un fruit, un légume ou une bête ? Et pourquoi pas une cuisinière ? »

Hé bien à vous de le dire ! Et puis cette recette, est-ce forcément une recette qui se mange ? J’attends de vous lire pour le savoir !

Voilà. Pour la forme, tout est possible, poème, chanson, récit, conte… Rappelons juste qu’il faudrait y glisser un peu de temps qui passe (agenda oblige) et de l’ironie (ironie oblige). Suffit juste de déposer dans les commentaires ci dessous les liens vers les textes proposés.

A propos de calendrier, disons qu’on peut écrire jusqu’au 24 janvier, qu’on votera pour qui bon nous semble d’ici au 31, date ousque l’agenda ironique de janvier est bien obligé de devenir celui de février. D’ici là, bonne année !

 

***

illustration : École supérieure de cuisine, cours du professeur Pozerski. agence Rol, 1925. BnF/Gallica

34 commentaires

  1. Quelques fruizélégumes tout à fait de saison pouvant hypothétiquement entrer sans frapper dans la réalisation de la jumeleine : https://ecriturbulente.com/2019/01/03/24606/

    Jumeleine, nous dit Andrea (https://epaisseursansconsistance.com/2018/10/25/pourquoi-tant-dinsolitude-dans-le-monde/) :

    – Pourquoi une telle jumeleine dans le monde ?
    – Parce qu’Homo-sapiens est un croquemitaine par essence, pardi – et je ne te parle même pas de sa légendaire mauvaise haleine qui menace non seulement les baleines mais également les bas de laine.

    S’il a mauvaise haleine, l’homme au Sapiens, c’est parce qu’il mange n’importe quoi, n’importe comment ! L’instinct qui le pousse à engloutir des aliments très caloriques est profondément inscrit dans ses gènes. Il peut bien habiter aujourd’hui de grands immeubles équipés de réfrigérateurs pleins à craquer, son ADN croit encore qu’il est encore dans la savane.

  2. Hello Carnets

    Toujours débordée, je passe en coup de vent lire le thème de l’AI

    Je repars avec un graine de jumeleine piquée dans ton chaudron magique
    En espérant trouver les épices lundi chez Emilie pour accommoder tout cela 😉

    Bisessss

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.