(octobre & novembre), l’agenda pingouironique

8

07/10/2018 par carnetsparesseux

Après un mois de septembre doublement houletté par Andréa Couturet et Dominique Hasselmann, l’agenda ironique d’octobre échoit à Jobougon ; mais un incident informatique l’amène à confier la machine à Chachasire ; c’est d’autant plus ironiquement agendesque que c’est sur son blog qu’est né le premier agenda ironique. Au passage, ça propose de rebaptiser l’agenda ironique « pingouin » ! Et pourquoi pas ?

Tout cela est bien attendrissant, mais comment qu’on joue ce mois-ci ?  Et bien cette fois on se lance dans une œuvre collective et par étape (et sur les deux mois d’octobre et novembre, ce qui est là aussi, pingouironique) dans laquelle on participera à l’élaboration de la consigne.

Première étape, de maintenant jusqu’au 16 octobre, il faut donner des mots qui serviront dans la 2ème étape. Cette dernière durera jusqu’au 26 du même mois, avant que l’étape finale se passe chez  Jobougon – à moins que ça ne continue chez Chachasire.

Et qu’est-ce qu’on fait pendant la première étape ? On propose deux mots qui en font un troisième : genre, agenda + ironique = agendironique (attention, on ne définit ce troisième mot). Et si on a des idées sur le déroulement de la deuxième étape, on peut les proposer pour enrichir ce qui est prévu.

Enfin, c’est ce que j’ai compris. Pour en savoir plus, et mieux, faut aller lire là (et c’est là aussi qu’il faudra laisser les trois mots dans les commentaires).

 

***

illustration : « ‘Empire des pingouins [i.e. manchots] dans l’Antarctique. Agence Rol, 1922. Gallica.Bnf.fr

8 réflexions sur “(octobre & novembre), l’agenda pingouironique

  1. L'Ornitho dit :

    Ca ira bien, il n’est pas manchot le Chachasire 🙂

    Pour la photo, 100 ans (+/-) plus tard on est passé en Antarticque à « l’en pire » des pingouins

  2. walachniewicz dit :

    Géniale la photo !

  3. Valentyne dit :

    hello Carnets
    Merci pour le relai sur l’agenda ironique
    ça fait comment un pingouin pour passer le relais ?

    Sans rapport j’ai pensé à toi en lisant « je suis un écrivain japonais » de Dany Laferrière
    Voici l’extrait
    « Ce fut un été très japonais. La rougissante Mademoiselle Murazaki nous invitait régulièrement aux cocktails de l’ambassade. C’est à ce moment-là que tout a commencé, j’imagine, entre elle et François. Je n’ai rien vu, n’étant intéressé à l’époque par Diderot dont le début de Jacques le fataliste me fascinait. Je pouvais le lire tout en marchant. On ne peut pas lire ce livre assis. Cette vitesse m’allait à merveille. J’emmerdais François avec Diderot. Lui trouvait que c’était un paresseux. J’aimais bien l’idée de la paresse. Un écrivain paresseux, ça m’intéressait diablement. Peu de descriptions, mais beaucoup de dialogues. Diderot m’influence toujours. Ça parle dans ses livres. J’aime les livres où l’on voit les gens en train de parler. »

  4. cerisenature dit :

    Ça a l’air bien! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :