Le souper du poisson

Cette fois, des aulx, le poisson,
des poireaux et des oignons
émincés ou en julienne,
qui dans l’huile d’olive reviennent,

Du fenouil et des tomates,
du poivre, des aromates,
du piment et des épi
-ces (thym, laurier, céleri)

frémissant quinze minutes
après l’plongeon dans l’bouillon
Hé bien alors, trois fois zut !

Rouget, merlu, ou gardon,
Non mais quoi, hé, trois fois flute !
Il en a soupé, l’poisson !

 

***

Dimanche après dimanches, les recettes littéraires associent cuisine et écriture. Aujourd’hui, un sonnet (irrégulier, hélas) pour la soupe de poisson (c’est le jour ou jamais !). Illustration : Prosper-Alphonse Isaac, Marmite et petite serviette japonaise, estampe, 1908-1912, Bnf.

29 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.