Plic-ploc tombe la pluie

54

29/11/2017 par carnetsparesseux


Plic-ploc, tombe la pluie.
Je l’écoute ruisseler sur la toile huilée de mon parapluie, gargouiller aux coudes des gouttières et danser sur l’auvent de l’arrêt de l’autobus que j’attends. Son plic-ploc monotone m’engourdit. Il s’en faut de peu pour que je me laisse envahir par une mélancolie humide quand une petite voix me tire de mon étourdissement.

« Hé ! m’sieu ! écoutez-moi !

Je regarde autour de moi : personne. Pas étonnant, la flotte a chassé les rares piétons. Même les boutiques ont l’air fermé. Mais alors, qui me parle ?

« Mais non, m’sieu, z’inquiétez pas, vous n’tournez pas maboul. C’est moi, la pluie, qui vous cause. Oui, la pluie. Vous voyez qui d’autre dans la rue ? Vous préférez peut-être croire que c’est l’abribus qui vous parle ? Si ça vous rassure ! Bon, écoutez plutôt.
D’accord, c’est l’automne, les jours raccourcissent, il fait sombre, froid, et il pleut. C’est de saison. Mais faut pas me coller votre spleen sur le dos. Ne protestez pas, je ne sais pas combien de prétendus poètes se sont épanchés sur mon dos et ont mêlé leur larmes plus ou moins factices à mes gouttes ! Mais ne vous en déplaise, moi, je ne tombe pas parce que je suis triste, désespérée, malheureuse ou pour je ne sais quelle autre motif sentimental ou esthétique !

Je ne sais pas pourquoi la pluie me prend comme porte-parole des poètes, mais soit. D’ailleurs, elle ne me laisse pas répondre :

« Je tombe pour des raisons plus sérieuses : à cause la gravité, à cause de la pesanteur, à cause de la température. Je ne vais pas vous expliquer les deux premiers – à vous de vous renseigner ! Mais la température ? Hé oui, en dessous de zéro degré celsius, ça n’est plus de la pluie qui tombe, mais de la glace. Et cent degrés plus haut (autrement dit deux cent douze fahrenheit) on nage en pleine vapeur. Bon, ça n’est pas si terrible ; la glace tombe aussi bien que l’eau (merci la gravité et la pesanteur) ; et, à l’autre bout du thermomètre, si je peux oser cette image, il suffit d’attendre le léger refroidissement qui causera une efficiente condensation pour que, hop, revoilà la pluie. Entre les deux, frais crachin du Nord ou chaude pluie tropicale, ça se vaut.

« Hé oui tout ça, c’est moi. Je dis la pluie, mais je dirais aussi bien l’eau.

« Parce qu’il ne faut pas vous prendre pour le roi de la création. Pendant que vous attendez l’autobus, moi je fais le tour du monde. Plusieurs fois. Et oui, je suis à la fois vague au large d’Hawaï, neige sur le Kilimandjaro ou le Jura, vapeur dans les nuées et les cieux, drache à Knokke-le-Zoutte, glace aux Pôles… et je ne parle pas des étangs, ni des rivières, ni de la tuyauterie de votre immeuble. Petite bière, ça, pour une voyageuse comme moi. Vous-même, sauf votre respect, sans moi, vous ne seriez pas grand-chose. Sur dix de vos kilos, je compte pour six litres ! »

A ce moment, le bruit de soufflet des freins de l’autobus me sort de ma torpeur ; machinalement, je plie mon parapluie, m’ébroue, me hisse dans la lourde machine, zigzague dans l’allée centrale déserte. Tiens, à cette heure, c’est curieux. Et puis j’échoue derrière le chauffeur, près de la bouche du chauffage qui souffle un air brûlant. Le bus redémarre et sillonne les grandes rues vides. Moi, je m’interroge une seconde sur l’absence de mes habituels compagnons de voyage – un match à la télévision ? – avant qu’une autre question chasse celle-ci : qu’est-ce qu’elle – la pluie – avait de si important à me dire ? Tout de même, ça n’était pas juste pour bavarder ?

Dehors, traquées par l’inlassable balai des essuie-glaces, les gouttes luisent en glissant sur le pare-brise ; d’autres rebondissent sur le capot, cherchant désespérément une oreille enfin attentive.
Plic-ploc, tombe la pluie.

 

* * *

source : Vue de l’Impériale d’un autobus de grand tourisme aux U.S.A / Agence Mondial, 1932, BnF, Gallica

54 réflexions sur “Plic-ploc tombe la pluie

  1. Quand la pluie parle, les parapluies se taisent. Ils font leur office de haut-parleurs et leurs baleines de baguettes de tambour. Ce sont des instruments de musique célestes (concurrençant les célestas).

    On ne citera pas Nougaro ni « Singing in the Rain », ou autre « Purple Rain ». La pluie est sans doute un autobus en forme de baignoire…

  2. Valentyne dit :

    Je me souviens d’une Drache à Knokke le zoutte qui nous avait fait renommer le lieu à Knokke les gouttes 🙂

    1 cm de neige ici
    Et la neige ne m’a pas parlé

  3. C’est pas avec ça que tu vas me rendre la pluie sympathique ! Tous les poètes qui s’y sont essayé se sont cassés les dents

  4. L'Ornitho dit :

    Plic ploc, restons sourds – pluie de soleil pour évaporer tout cela, hop.

    Me d’mande si on peut la lire en braille c’te pluie ..?

    Pour la photo, on s’emmerdait pas en autobus à l’époque – loin des boîtes-à-bétail d’aujourd’hui … mais plic ploc, on se remet un petit Aphrodite’s Child, qui nous parle de pluie au rythme d’un canon de Pachelbel … plic ploc … pas d’raison … la pluie ploc, la rain plic la plouffe plouf.

  5. Frog dit :

    C’est le renard et le corbeau qui sont allés regarder un match de foot ? Sans t’inviter ? Ils méritent d’être laissés à tremper sans abri-bus !

  6. La pluie fait des claquettes
    Sur le trottoir à minuit
    Parfois, je m’y arrête,
    Je l’admire, j’applaudis
    Je suis son chapeau claque,
    Son queue-de-pie vertical,
    Son sourire de nacre
    Sa pointure de cristal

    ect.

    Claude Nougaro ☂️ 😉

  7. Caroline D dit :

    Donner un visage à la pluie et à l’eau. Je l’ai vu, juré.
    Chapeau, dodo.

  8. Roomanies dit :

    Magnifique texte! J’adore votre style!

  9. gibulène dit :

    Ca prête souvent à réflexion la pluie !!!

    Tic-tac, compte l’horloge,
    Plic-ploc, fait la pluie,
    Bla-bla, dit la télévision,
    Boum-boum, mon cœur résonne…
    Et la maison ?
    Qu’est-ce qu’elle dit, la maison ?
    La maison elle écoute
    L’horloge, la pluie, la télévision…
    La maison, son cœur c’est l’horloge,
    Avec le mien à l’unisson.
    L’horloge, c’est le temps qui passe,
    La pluie c’est le temps qu’il fait,
    Boum-boum, c’est mon cœur qui se lasse
    De tous ces bruits qu’il connaît :
    Mon cœur, il veut du beau temps
    Mon cœur, il se fout des ans,
    C’est pas la télévision
    Qui le retient en prison !
    Il a besoin de présence,
    Il renie ses souffrances,
    Il égrène les heures
    Il attend le bonheur…
    Tic-tac : le temps approche
    Plic-ploc, apaisante fraîcheur
    Du moment où dans la maison
    S’installera le bonheur
    Si je le veux
    Si tu le veux
    Si nous le voulons
    Dans notre maison.
    plic-boum-ploc
    tic-boum-tac
    boum-boum
    plic-ploc
    tic….tac….

    Gibulène – 30 septembre 2006

  10. walachniewicz dit :

    me voilà toute plic ploquée d’émotion, merci cher Carnet ;o)

  11. Célestine dit :

    J’aime la pluie, de plus en plus, et cet hymne est simplement merveilleux.
    La pluie c’est la vie. Elle a des choses à nous dire de la douceur des choses, de la verdeur des prés, et des fontaines qui vivent au coeur du désert.
    Plic ! Ploc !

    ¸¸.•*¨*• ☆

  12. J’aime bien les histoires de pluie… et j’ai particulièrement aimé la façon dont tu as su l’écouter.
    Ici, la pluie se fait rare… les gens râlent parce que la terre en manque et je les entends déjà râler lorsqu’elle reviendra 🙂

  13. Julien Hirt dit :

    Intéressant que le premier réflexe de la pluie, au moment d’ouvrir les vannes, c’est de bassiner le badaud avec un déluge d’informations au milieu desquelles il est difficile de surnager sans boire la tasse.

  14. Aunryz dit :

    Entre musique, cui cui, dialogue philosophique … (voire discours amoureux inavoué)
    la pluie balaye large
    chez toi.

  15. Leodamgan dit :

    Ton histoire est jolie, elle semble couler de source, mais je n’aime pas la pluie, plic, ploc. J’ai l’impression de recevoir des gouttes glacées dans mon cou surtout avec le temps qu’il fait en ce moment…

  16. La Licorne dit :

    La pluie, la pluie…on ne parle plus que d’elle on dirait…

    Plic, ploc ! Plic, ploc !
    Connais-tu le magnifique spectacle du Cirque Plume ?
    (entièrement consacré à la pluie) :

    De quoi se réconcilier avec le mauvais temps !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :