Maringouinfre (Dictionnaire des orpherimes)

Maringouinfre (masculin, néologisme, peu usité) : ♦1 Un particulièrement vorace cousin du moustique (si l’on peut dire), qui fit des carnages parmi les équipages des navires navigant à la grande aventure. ♦2 Par un curieux retournement de sens, en Belgique francophone, ce mot désigne un navigateur indélicat qui met à sac la cambuse avant potron-minet et d’avoir quitter le port.
Rime avec : gouinfre.

♦ « En suivant le premier chemin dont nous avons parlé, on rencontre un grand fleuve que l’on dit prendre sa source dans le royaume du grand Prêtre-Jean. Il est large d’un mille, fort poissonneux, et infestés de terribles moustiques qui dévorent les équipages des navires qui s’y aventurent, à tel point qu’on les nomme maringouinfres. » Marco Polo, Le devisement du monde, 1556.

♦ « Dans le port d’Amsterdam / Y a des maringouinfres / qui bouff’raient des haubans / sans donner un coup de rame /et vid’raient la cambuse / d’ses poissons ruisselants / sans se dire qu’ils abusent ». Jacques Brel, Dans le port d’Amsterdam, 1964.

 

 

* *

Suite du petit dictionnaire dévolu aux mots sans rime, belge, bulbe, camphre, clephte, dogme, goinfre, humble, meurtre, monstre, muscle, pauvre, quatorze, quinze, sanve, sarcle, sépulcre, simple, tertre et verste, évoqués  ici l’autre jour, et qui donne chaque jour la définition d’un des mots nouveaux proposés, puisqu’il est bon que chaque mot ait un sens afin que chacun comprenne en l’entendant la même chose que ce qu’à voulu dire son interlocuteur. Quant aux citations, s’agissant d’illustrer néologisme, le lecteur comprendra qu’il a été nécessaire d’améliorer nos sources.

  *

à suivre, avec l’aide des collaborateurs bénévoles s’il s’en présente.

 

 

Illustration  : Jackie Boy brand : Furoso Br. Pac. co, Sebastopol, California, Boston public Library.

 

22 commentaires

  1. « Le maringouinfre, à bord du Titanic, venait de s’enfiler une omelette aux huîtres sans savoir que des pesticides avaient été saupoudrés auparavant, dans un entrepôt clandestin, sur les œufs embarqués pour la croisière.
    Quand il se mit à vomir par-dessus la rambarde, il aperçut dans l’obscurité des flots une sorte d’iceberg qu’il prit pour une île flottante offerte par la compagnie maritime en guise de dessert.
    « What the hell is it…? » furent ses derniers mots. »

    Jean-Christophe Combaluzier, « L’Histoire véritable du Titanic », Librairie Perrin, 1997, 954 pages.

    • Voilà enfin un témoignage qui éclaire d’un jour nouveau le mystère de l’insubmersible submergé !
      Merci Dominique, c’est noté pour l’édition définitive 🙂

  2. Le sélénet est une forme dont les rimes impaires comportent un E non élidé :

    Au clair de la lu-NE,
    mon ami Pierrot,
    prête-moi ta plu-ME
    pour écrire un mot.

    … circonstance où « goinfre » pourrait n’être plus tout à fait orpherime :

    Les goujats et goinfres
    se gorgent d’oiseaux :
    autruches, pingouins, freux,
    phénix et dodos.

  3. beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.N’hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo)
    au plaisir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.