Très bref poème d’amour à la manière d’Alphonse Allais

31

13/05/2017 par carnetsparesseux

Tu m’as.
Je t’ai.
Tu m’as jeté.

* * *

Petit poème, récit fictionnel et complet d’un amour exclusif et malheureux bâti sur le modèle du vers holorime tel qu’illustré par Alphonse Allais (mais pas que lui). Sa brièveté est inversement proportionnelle à la longueur de son titre et à celle de la petite note d’accompagnement nécessaire, ce qui l’apparente à bon nombre d’œuvres d’art contemporain.

Publicités

31 réflexions sur “Très bref poème d’amour à la manière d’Alphonse Allais

  1. almanito dit :

    Excellent, quelle malice 🙂 Pas que lui non, Prévert en a commis de bons aussi.

  2. Aldor dit :

    Je suis. Tu es.

  3. Mini.
    Ma liste.
    Minimaliste.
    Mais d’une efficacité redoutable. J’adore.

  4. LydiaB dit :

    J’aime beaucoup !

  5. La Licorne dit :

    Hi, hi…génial !
    Mais je préférais sans la « chute »…
    Parce que, au fond, hein…heureusement qu’on « s’a »…

  6. emma dit :

    des jeux d’esprit, encore que si « tu m’as jeté » il faudrait dire « tu m’avais, je t’avais »

  7. Caroline D dit :

    Et entre les deux temps, qui sait,
    peut-être même y eut-il mariage…
    Alors pour ce simple plaisir,
    celui que je sens toujours chez toi, carnets
    je répondrai ainsi :
    Un ventre en blanc en lin fini.
    Un vent tremblant en l’infini.

  8. celestine dit :

    Lapidaire et définitif.
    Mais quand ça ne va plus, on ne peut pas faire allais…
    ¸¸.•*¨*• ☆

  9. Leodamgan dit :

    Effectivement plus l’œuvre est courte plus elle nécessite une longue introduction.
    C’est comme pour la peinture. Regarde les tableaux blancs : on peut en dire choses là-dessus, rien qu’en énumérant tout ce qui ne s’y trouve pas…

    • très juste ; curieusement – télépathie – je rêve depuis quelques jours à un dictionnaire encyclopédique des découvertes non encore trouvés, avec le nom des étoiles, des animaux, des climats etc etc que l’homme ne connait pas encore mais qu’il risque potentiellement de croiser un jour
      évidemment, un 2e tome énumérait aussi tout ce qu’il ne risque pas de croiser 🙂

  10. burntoast4460 dit :

    Poème à déguster naturellement avec un chalumeau.

    Je ne résiste pas à citer ce poème :
    « Nous nous étalons
    Sur des étalons.
    Et nous percherons
    Sur des percherons.. »

    • Décochons, décochons, décochons
      Des traits
      Et détrui, et détrui
      Détruisons l’ennemi
      C’est pour sau, c’est pour sau,
      C’est pour sau-ver la pa-tri-e !

      Alfred Jarry

  11. Amaya dit :

    Histoire de tuerie et de haine ,
    voilà ce que j’ai entendu en fond sonore.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :