Le petit cirque

34

11/05/2017 par carnetsparesseux

Oh, on a bien applaudi et crié
et comme on a bien ri !
mais cette fois ça y est pour de bon
le petit cirque a fini sa journée.

Un dernier courant d’air fait voler la sciure sous le chapiteau vide
que démontent déjà les forains affairés :
L’Auguste range vite le grand chamboule tout
l’écuyère recompte les vrais et faux jetons.

Comme on a bien applaudi et crié !
Et comme on a aimé écouter ces promesses
de barbes à papa, de pommes d’amour et de fraternité,
de grand-huit et de manège gratuit.
Oh ! Comme on en a frémi !

Vrai, on a eu très peur !
Mais la patronne de la baraque des horreurs n’a pas attrapé le pompon
et c’est l’escamoteur habile qui décroche la timbale
pile au dernier coup de grosse caisse !
Oh ! comme on a applaudi !

Et maintenant, les roulottes attelées aux chevaux de retour
le cirque fiche le camp
pour solde de tout compte deux affiches claquent au vent.
Alors, les mains au creux des poches
les paumes rouges et la voix éraillée
chacun rentre chez soi
muet
et seule la nuit gagne.

 

* * *

Ce petit cirque devait se glisser dans les cahiers de poésie du jeudi d’Asphodèle. Il lui est dédié. Et là, un autre petit cirque, chez l’écri’turbulente.

Publicités

34 réflexions sur “Le petit cirque

  1. Célestine dit :

    Je pense à un livre de Michel Tournier
    Pierrot ou les secrets de la nuit…
    Ou aux Saltimbanques d’Apollinaire
    C’est plein de poésie, les petits cirques…
    ¸¸.•*¨*• ☆

  2. Caroline D dit :

    et moi aussi quand je te lis parfois
    j’ai l’impression de lire
    un autre pan de moi…

  3. J’aime, mais beaucoup, beaucoup! La dernière strophe est incroyable. Le grand silence et la solitude après les grands bruits pleins de chaleur. on est un peu chez Apollinaire. Et cela m’évoque aussi un livre pour enfants que je lis à mes filles, très, très poétique: cela s’appelle « Le cirque bavard ». Un lecture que je vous recommande!

    • Merci Clémentine ! mais qu’est-ce que vous avez tous avec Apollinaire ! 😉
      blague à part j’ai beaucoup hésité sur la dernière strophe que je trouvais un poil emphatique ; et puis bon, faut ben dire les choses.

      • Mais non, emphatique juste ce qu’il faut. On se sent le bec dans l’eau, le nez embourbé dans le silence. Et le dernier vers est si crûment vrai.
        Apollinaire, si, si! Regarde le poème Crépuscule: tu vas comprendre!http://www.poetica.fr/poeme-1372/guillaume-apollinaire-crepuscule/ Moins politique, mais l’ambiance y est.

        • Ha oui quand même.. heureusement que je connais mal Appolinaire (et pas du tout ce Crépuscule), je n’aurai pas osé écrire mon p’tit cirque 😦

          • C’est un de mes poèmes préférés. J’étais tombée enamourée de cet univers frontière entre les mondes, et de ces personnages remontés des vieilles consciences, si vains et si mélancoliques. « Sur l’herbe où le jour s’extenue/L’arlequine s’est mise nue », comment peut-on écrire des vers aussi beaux? et le nain amer regardant grandir l’arlequin trismégiste… Un spectacle de pacotille mais les émotions qu’il fait naître sont si vraies, et si cruelles. Je suis inarrêtable sur ce texte, désolée!
            Tu as bien fait d’écrire ton petit cirque, il est merveilleux aussi! L’écho de ce crépuscule y est fort, mais il n’en n’a pas besoin pour être beau!

  4. Alphonsine dit :

    Bravo, c’est vraiment comme ça le cirque : beau, brillant, et éphémère. Bien plus qu’un autre spectacle parce qu’il balade sa salle avec lui. Pourquoi n’y a-t-il pas de roulotte à la porte entrebâillée pour permettre au badaud de partir avec la troupe ?

    • Il reste la petite porte des mots pour se glisser dans la roulotte ; mais attention, pas de badaud dans les cirques, il faut accepter de funambuler, de vendre la barbe-à-papa et de donner des croquettes au lion.

  5. oui on a bien ri…. mais ils étaient souvent grinçants ces rires.
    On a frémi c’est certain

    « Mais la patronne de la baraque des horreurs n’a pas attrapé le pompon
    et c’est l’escamoteur habile qui décroche la timbale… »

    Un drôle de cirque assurément. Espérons que la suite du spectacle soit à la hauteur.

    Joli les derniers vers qui me font penser à « Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées … ».

    🙂

  6. Pooky dit :

    Jolie prose pour un spectacle qui n est joli qu en apparence
    sommes nous à ce point aveugles ?

  7. LydiaB dit :

    Comme je le disais sur le blog de Martine, j’aime beaucoup vos deux textes et j’apprécie d’autant plus cette marque d’amitié envers Asphodèle.
    Vos deux textes ont un double thème, cirque et politique (au final, on peut se demander si ce n’est pas le même d’ailleurs 😉 ) et vous avez tous deux, avec finesse, ruse et talent, su évoquer ce monde de bonimenteurs. Bravo !

  8. Très fin, très subtil… à ta mesure, comme d’habitude. Bravo. Le grand ball-trap m’a laissée aussi sur les rotules, avec un goût amer en fond de gorge. Malin d’en parler de cette manière, j’ai apprécié.

    • Merci Camille. Tu as raison, « le grand ball trap »… oui, c’est plus un tir aux pigeons qu’un gentil petit cirque… 🙂 d’ailleurs, je m’excuse auprès des forains qui passeraient par ici de les avoir tant soit peut assis à côté de la bande des politiques 😦

  9. almanito dit :

    Un autre spectacle commence maintenant: l’artiste travaille sans filet …
    Magnifique, ton texte!

  10. Le spectacle est commencé, et le PS, et Valls, et Hamon, et Hidalgo y donnent du leur.

    Il suffit de lancer de nouveaux « mouvements » (attention au copié-collé sur « En Marche) pour voir l’avenir radieux.

    Qui sera ce Monsieur Loyal ? Le ticket d »entrée repose sur un CV (ne pas mentionner « Pôle Emploi »…

    • Monsieur Loyal ? voilà bien une vertu gênante dans ce petit monde là 😉
      quand au copié-collé, attention, « en marche » permute en « charmant »… comme le prince, et comme le serpent de Mowgli (« aie confiance… »)
      🙂

  11. La Licorne dit :

    Très joli…tu as bien rendu l’ambiance !
    Tiens, ça me rappelle un cirque qui est très cher à mon cœur :
    http://fabulo.blogspot.fr/2013/03/intermede-musical.html

    (attention, ça « décolle » au bout de …3 minutes)

  12. Domiuke dit :

    C’est tellement plein d’images et de souvenirs, ça te file un coup de trourbillon dans la nostalgie.
    Merci pour cette vague si bien rythmée.
    Jongleur de mots, ça marche à tous les coups.

  13. emma dit :

    très joli, bravo !

  14. Leodamgan dit :

    Pourquoi ai-je l’impression de redevenir petite fille en lisant ce poème?

  15. burntoast4460 dit :

    L’Auguste est essentiel à la physiologie de ce poème 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :