L’herbe folle et l’herbe sage

25

18/03/2017 par carnetsparesseux

Par les prés et par les champs, l’herbe folle chavire au vent, au vent volage – qui revient de quel voyage ? Elle danse entre les boutons-d’or et tire-bouchonne ses fines radicelles entre l’argile et les cailloux.

Plantée au tire-ligne dans la terre molle du jardinet, l’herbe sage rêve d’engrais et d’arrosage qui arrondiront ses trésors, baies rares, lourdes racines et feuilles en accroche-cœur.

Quelle parabole – quel adage ? – tirer de la grasse et molle herbe enclose et de sa sœur sauvage laissée-pour-compte en plein champ ?

Aucun, sinon que j’aime autant le vertige de l’herbe folle que l’herbe sage en potage.

enluminure représentant des plantes

 

Poème du dimanche jardiné pour l’agenda ironique de mars chez Monesille, « sur le thème de la folie au sens large » en glissant quelques mots composés. L’image ? cueillie dans l’Herbier de Sérapion le Jeune, vers 1400, Egerton, British Library.

Advertisements

25 réflexions sur “L’herbe folle et l’herbe sage

  1. Célestine dit :

    Quelle jolie dualité dans laquelle je me reconnais à cent pour cent ! Folle ou sage, c’est selon, mais en tous cas folle de tes écrits !
    ¸¸.•*¨*• ☆

  2. Leodamgan dit :

    C’est une amusante opposition. Quoique les herbes folles envahissent parfois les herbes sages et que les herbes sages, prises de folie, fuguent et s’encanaillent.

    • Je n’avais pas l’idée d’écrire un traité de jardinage 🙂
      Et bien malin qui sait vraiment qui est sage ou fou, même chez les herbes – surtout si, comme tu le dis, elles n’hésitent pas à se mêler.

  3. burntoast4460 dit :

    « En la saison que le joly ver dure,
    que arbres ont prins feuillaige de verdure,
    que fruictz nouveaulx parmy les branches pendent,
    que herbes et blez sur la terre s’espendent… » Guillaume Crestin.

  4. modrone dit :

    Ah folie, sagesse, soeurs ennemies. Rudement bien troussé cher Paresseux, et j’aime les mots composés et leurs tirets guillerets.

  5. walachniewicz dit :

    L’herbe folle prend la clé des champs tandis que que l’herbe sage conserve celle du jardinier ;o)

  6. Marianne dit :

    Merci pour cette ode au printemps !
    À quoi rêve les herbes ?
    Est-ce vraiment sage de rêver d’engrais ? Peut-être après tout, mais uniquement s’il est bio ! 😉

  7. jobougon dit :

    Les vertiges du vent de printemps qui souffle sur la nature feront tourner la tête aux herbes folles comme aux herbes sages.
    C’est un concentré de sublime que tu offres à l’agenda de mars.
    Superbe.

    • Merci Jo. Un concentré de sublimé ? une soupe en sachet alors ?

      • jobougon dit :

        J’appelle ça une soupe électrique alors !
        Trois minutes montre en main et c’est prêt. 😉
        Nan… en vrai, j’ai trouvé la formulation à ce point évanescente que la mollesse des herbes se ressentait presque comme un vécu réel tant le style est évocateur.

  8. emilieberd dit :

    Superbe! Velouté! Douces et rondes, ces herbes en soupe! Un régal ! On les voit l’une et l’autre danser dans la nature et dans l’assiette…
    Bises

  9. sandrion dit :

    J’aime beaucoup ce poème aux herbes que j’aime, folles ou sages 🙂

  10. mariejo64 dit :

    bien sûr, tu as fait exprès de « tourner » ton billet de telle façon que j’ai cru danser la valse tout du long !
    Bisous gentil Dodo.

  11. monesille dit :

    Une soupe apéritive de ton talent multiple et savoureux ! Je croyais rester sur ma faim, mais non tu cuisines bien tes mots sais-tu ?
    Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :