Sereine, la nouvelle année nouvelle

Février menace de s’éterniser en mars ! C’est qu’elle est bien entamée, l’année nouvelle. Trop tard, lectrice, lecteur, pour vous offrir mes vœux ; mais encore à temps pour vous remercier de votre longue attention pour les trois-cent-deux billets qui précèdent çuici. Et si on décidait qu’elle commençait là, maintenant, elle serait quoi, l’année nouvelle ?

Mermaid

A la minuscule échelle de ces Carnets – puisque ça n’est que de ça que je cause ici – je la rêve pareille à sa grande sœur d’année passée qui a trôlé quatorze mois musardés avec un renard : faite de lire, des livres et des blogs ; et puis d’écrire, bien sûr ; de jeux avec l’agenda ironique, de quatre-saisons, de presque-vue-en-vrai. L’occasion de continuer – enfin, reprendre – les feuilletons-avec-votre-participation et peut-être même un de ces jours achever l’Ankou

Et puis aussi écrire enfin ce fichu roman épistolaire, gothique et maritime promis il y a un bail. Dans un pareil programme, sûr qu’il y aura des zigs, des zagues, des traverses, des biais versipelles, des pauses avec des loups, des débats avec des renards, des prises de bec entre poules et même un ou deux tamanoirs.
On y verra plus clair d’ici quelques printemps. En attendant, continuer. Et, serein, chanter avec les sirènes.

 

* * *

Je remercie mon iconographe préférée pour cette Sirène pêchée vers 1460 dans les marges des Fais et les Dis des Romains et de autres gens  de Valerius Maximus, conservé à la British Library, (Harley 4372).

44 commentaires

  1. Majestueux! Le renard, l’Ankou, les tamanoirs… Moi aussi je veux la même, car lorsque je passe chez toi, j’ai l’illusion, pendant quelques minutes, quelques secondes, de ne plus craindre les dimanches! Quel plaisir de te lire, toujours!
    Bise Bises (en coup de vent, quoi😆)

  2. d’abord j’ai cru au nouvel agenda de mars…mais nous n’étions que le 28 février, et chez Carnets.
    Alors j’ai cru à un bilan…c’était juste un prétexte pour invoquer la sirène et son chant éternel.
    Bonne et belle continuations, cher Carnets. Amitiés

    • Ah l’annonce de l’agenda ça risque d’être Monesille qui la fera ce mars ci 🙂
      mais oui, Jacou, tu as deviné, c’était un simple prétexte pour annoncer une possible année sirène!
      amitiés.

  3. Et si l’année commençait au 1er jour du printemps… avec l’éclosion de la Nature qui s’ébroue des strates de l’hiver…? Et continuer la valse des mots vers un imaginaire ou un autre pour le plaisir du lecteur, du poseur de mots, des chanteurs er des sirènes…

  4. Je viens de me régaler avec l’Ankou que je ne connaissais pas, la nouvelle année pourrait commencer avec la suite, j’ai adoré l’histoire 🙂

  5. Je suis heureuse d’avoir rencontré ta plume polymorphe et inventive, et ta facilité à écrire.
    mais une question va m’empêcher de dormir: c’est quoi, des biais versipelles ? 😉
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Un biais versipelle….? Ben…. alors un biais c’est un bout de zigzag ; et un versipele c’est quelqu’un qui change de peau (le plus connu des versipeles est le loup garou).
      Donc un biais versipele serait un zig versatile qui n’hésiterait pas à devenir un zag.
      c’est limpide, non ?

      • Mais c’est un mot que tu as inventé, non ? je ne le trouve dans aucun dictionnaire …
        Sinon, c’est effectivement limpide !
        ¸¸.•*¨*• ☆

        • il suffit de relire l’histoire naturelle de Pline l’ancien, livre 8, chap 34… pour voir que je n’ai rien inventé (mais dans une version un peu ancienne, parce que les récentes traduisent directement en « loup garou »:)

  6. Que cela est prometteur… ET dire que je n’arrive pas à trouver le temps de lire cette histoire de Brest….J’adore ta truculence et tes angles pour traiter les sujets.
    Nous avons un autre point commun: je suis collectionneur de sirènes et j’ai écrit plusieurs nouvelles sur le sujet, notamment la sirène enceinte de l’Ile-Tudy…

    • Merci Maître Renard ; on verra si les promesses tiennent leur promesse… le renard et le petit prince reviendront sans doute faire un petit tour. Et pour les lectures « en retard », il n’y a pas de date de péremption.
      je vais aller lire ta sirène de l’ile Tudy.

  7. Des poules (re)belles, un renard qui a une faim de liberté, un autre (végétarien) qui court après les papillons, la Mort en vacances, un Tamanoir si beau dans sa redingote qui nourri ses souris de riz noir, un naufragé qui parle au crabe, un poussin qui se prend pour un caillou, un photomaton qui photographie les héros les plus improbables, un « Raconte-encore » et un libraire passionné, Bubulle qui part en voyage éternellement, la querelle de Saint Glinglin et de Sainte Nitouche (entre autres), l’histoire incroyable qui commence à la 1002ème nuit, une photo d’une maison abandonnée, un chien soleil, un privé sur les traces du temps perdu, des complaintes qui attentent (ou pas) que des voix (de sirènes ?) les chantent…
    Tant de personnages attachants et d’histoires qui font rêver.

    Merci cher Carnet de nous ouvrir la porte de cet univers que tu sais si bien faire exister.
    Quelle chance de pouvoir te lire.
    Le premier mars est une bonne date pour commencer une nouvelle année.
    Je te la souhaite pleine de vie de poésie, de joie et de partage.

    • Non, ça n’est pas une sirène en bannière (quoi que, on pourrait songer voir à y penser…) mais, comme le petit renard de l’an dernier, un possible personnage régulier pour l’année, une invitée d’honneur

      • C’est bien de remettre les sirènes au goût du jour, de les sortir de leur contexte humide et de les cuisiner à ta sauce ! 😉 Ca m’interesse !

        • De plus ça ferait une jolie bannière colorée pour cette année, parce que depuis le temps que ton petit singe y est dans la même position, il doit commencer à avoir des crampes, non ?

  8. six rennes normalement c’est pour le traineau du père Noël, non, tu as pris un embouteillages ?
    Pour l’agenda ironique j’attends de savoir la décision d’Ariel Littel…
    Bisous

  9. Contrairement à Ulysse je ne vais pas m’attacher au mat ni me boucher les oreilles mais me laisser séduire par le chant de la sirène.
    Folle année à toi carnets.

    • C’est vrai que ces années de douze mois qui commencent sempiternellement en janvier…. on voit bien ce que ça donne ! Alors que commencer quand les amandiers fleurissent, c’est aussi finir au moment des bourgeons… c’est plus gratifiant que le froid bête de janvier.

      C’est décidé, cette année l’année commence en mars et durera autant qu’on veut. On fera le point à la fin et si besoin, pour l’an suivant, on décidera d’une nouvelle date de départ.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.