Chronos vous escroque ! (6)

31

11/12/2016 par carnetsparesseux

(là, la musique de l’épisode)

Ou suis-je ?  J’ouvre un œil, pour découvrir en gros plan le velours pelucheux du sofa rouge où je suis allongé. Par bribes, la nuit d’hier me revient. Je m’assois laborieusement. A l’autre bout de la pièce – quelques hectares de marbres et de marqueterie – entre deux bibliothèques en bois sombre, j’aperçois une fresque symboliste où douze gugusses font la ronde sous un ciel tour à tour pluvieux, neigeux ou ensoleillé. Je m’approche. Ils sont tous attifés différemment : un chapeau de paille ? Serait-ce Aout ? Alors, la sébile, ça doit être Janvier ; Octobre, les bogues de marron. Évidemment, le cartouche « Couche-la dans le muguet » doit désigner Mai et « Ôte-toi de mon soleil », Juillet ; le Bonhomme de neige, facile, c’est Décembre. Bref, les mois de l’année… Et au-dessus, en lettres dorées : Douze ensembles, tout devient possible ! Ça alors, serais-je dans les bureaux de Chronos & cie ?!

A ce moment, une porte s’ouvre au fond de la pièce. Entre un lourd bonhomme avec une tête de petit César barbu. L’épais tapis étouffe ses pas tandis qu’il avance lentement – cent mètres de silence – jusqu’à un vaste bureau sur lequel j’aperçois l’enveloppe chiffonnée que m’avait confié Novembre. Il s’assoit, se sert un whisky ambré qu’il ne fait même pas semblant de me proposer de partager et me scrute un long moment en faisant tinter les glaçons dans son verre. Enfin, il prend le papier où j’ai griffonné les titres et lit d’une voix ronde :

« Voyons : Sonneur, des vertes et des pas mûres ? Un os dans le fromage, une tartine de déconfiture, un fait d’hiver ? Seriez-vous amateur de romans policiers ? La Série noire vous tente tant ? Non, ne dites rien, laissez-moi deviner : si j’en crois le catalogue Gallimard, le Sonneur, c’est le n°370, Des vertes et compagnies, le 69… ce sont donc ces chiffres qui vous intéressaient. Alors, la série complète… 370, 69, 120, 227, 195. Et ça vous donne quoi ? Une longitude, une latitude ? L’emplacement d’un trésor caché ? Une date ? Une heure ? Le code d’un coffre ?

Un silence. Il reprend : Je vous taquine… Je ne me suis même pas présenté. Mais d’abord, au nom de Chronos & cie, je vous prie d’excuser notre collaboratrice pour toutes ces petites complications…
Ça alors, l’horlogère est en fait un agent de Chronos !
…mais il fallait bien qu’elle vous ramène ici, et nous sommes d’accord que vous ne seriez pas venu de votre plein gré.
– C’est ça, pour me jeter dans la gueule du loup…
– Dans la gueule du loup, comme vous y allez… Je sais ce que ce malheureux Novembre vous a demandé. C’est tous les ans la même histoire. Malheureusement, il a dû s’absenter. C’est moi, Décembre, qui m’occupe désormais des affaires courantes jusqu’à la Saint-Sylvestre.

Je réplique : Quand même, Novembre a raison de se plaindre : c’est juste, que juin s’offre des journées de quinze heures de lumière tandis que Novembre débute ses journées à moins de douze heures et finit le mois avec une heure vingt-six de lumière en moins ?!
– On lui a bien offert la Toussaint et le Onze-Novembre en contrepartie, mais rien ne le déride, le pauvre.
– Mais vous aussi la Chronos vous escroque : vous écopez des nuits les plus longues…
Il a un sourire :
– Et ça vous déplait, la nuit ? Je pensais qu’un privé, ça regardait le monde avec les yeux de la nuit, comme les chats. Disons que l’arrangement me convient. J’ai la nuit de Noël et le Jour de l’an, et puis dès le 21, mes jours rallongent, non ? Alors pourquoi s’en faire ? Au fait ça n’est pas la peine d’essayer de relancer mes associés : entre nous, Janvier est horriblement radin, toujours à compter ses étrennes, et février, avec ses malheureux vingt-huit jours… de toute façon, il faut être douze pour faire un an.

Un silence passe. Je reste coi, l’œil fixé sur le grand tableau qui trône sur le mur derrière lui. On dirait une copie de La Mort et l’Ange de Marie-Serge Arcouët. Où bien est-ce l’original ? Il reprend :

– Et rassurez-vous, Inca ou Révolutionnaire, les calendriers se tiennent les coudes, même s’il y a parfois des petits malins comme ces minables trafiquants d’horloges d’hier soir. Enfin, la paix a un prix… à propos de prix, j’ai une proposition à vous faire.

 

* * *
à suivre

…si vous avez raté le début la suite (2) & (3) & (4) & (5)
6e et peut-être avant-dernier épisode du polar de novembre. Les titres proposés ont été glissés ici ou là (sauf Délirium tremens, désolé). Pas de collecte de titres pour le prochain épisode, mais une question : quelle peut bien être la proposition de Décembre ?

Publicités

31 réflexions sur “Chronos vous escroque ! (6)

  1. gibulène dit :

    Un prix ? je vois bien le Nobel du temps qui passe………… bon dimanche Carnets

  2. almanito dit :

    Sous le charme, j’avais senti que cette histoire n’était pas un polar banal, le tour joliment poétique que prend le récit me plaît infiniment. J’attends avec impatience le dénouement!

  3. De mieux en mieux. Vraiment. Il va bientôt être temps pour le héros de mettre les pendules à l’heure.

  4. Alphonsine dit :

    J’opte pour un an de parcmètre gratuit, c’est le lot le plus intéressant !

  5. Asphodèle dit :

    Haaa je me doutais qu’elle n’était pas nette cette mystérieuse femme parfumée (au muguet ? Non, mai est déjà pris, zut alors !) Je propose le Nobel, c’est le plus prestigieux et franchement que faire d’un calendrier perpétuel ? Ce serait horrible ! J’avais une autre idée que les trois proposées mais c’est toi le maestro et tu joues magnifiquement avec nos nerfs ! 😀

  6. jacou33 dit :

    Je pencherais pour le calendrier perpétuel; mais ce serait trop monotone. Et comme je suis pour les économies (le temps, c’est de l’argent), radine sur les bords (chez moi, il n’y a qu’un calendrier perpétuel) j’opte pour un an de parcmètre gratuit.
    J’adore cette histoire.

  7. Dominique dit :

    Il aurait du lui proposer un 13ème mois , ou des semaines de 32 heures, ça l’aurait calmé.;=)
    Vivement que l’année s’achève et que l’on reparte sur un an neuf.

    • Bonn idée, le 13e mois et la semaine de 32 h ! c’est malheureusement de moins en moins la mode…:(
      tu as hate de commencer l’an neuf, avec Janvier le grippe-sous et Février-le-rabougri ?

  8. Valentyne dit :

    Il va lui proposer un poste ?
    Synchroniseur en chef du temps perdu, retrouvé et reperdu ?

  9. […] rien d’autre à faire, en plus y fait que dormir dans son histoire, si si, j’vous jure, allez-zy voir par vous-même, et vous verrez si c’est pas la vérité », et a laissé […]

  10. Leodamgan dit :

    Le prix du silence (qui est d’or).

  11. emilieberd dit :

    Tadam ! Le suspense est à son comble!

  12. De l’or, du marbre, des dorures, des faux-maitres peintres ? Pas de doute, on est bien dans le bureau ovale du père Trumpette ! Ca ne pouvait pas être autrement, on le sentait, ce sapin ! Détourner le temps, casser du détective, pour cet empêcheur de tourner en rond des horloges mondiales, rien de plus facile et sa fausse barbe de gentil père Noël ne fait rien à la faire : notre détective va-t-il s’en sortir de ce chausse-attrape-nigaud ? Février succèdera-t-il ou non à janvier malgré la radinerie de son décompte ? Je crève de trouille. Au suivant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :