Le chant de la tasse

48

08/11/2016 par carnetsparesseux

Cela vous arrive-t-il ?
Dans une journée faite de routines courantes et d’ordinaire quotidien
[inutile de détailler plus, chacun sait ce qu’il y a à savoir de ces jours-là]
un instant où, alors que vous buvez du bout des lèvres un assez quelconque café, d’abord brûlant puis trop vite tiède
[bien sûr le café n’est qu’un exemple, ça peut être un thé ou n’importe quoi d’autre, une meringue une soupe ou un éclair au chocolat]
un instant qui peut aussi bien arriver quand vous être seul dans votre cuisine,
en famille autour de la table de la salle à manger,
assis à l’une des larges tables en formica pâli et à bord métallique de la cantine,
debout devant le robot-distributeur de la mal nommée salle de repos du bureau
ou tassé au bord du zingue d’un quelconque bistrot
[ailleurs aussi, d’ailleurs : chacun est libre d’allonger ou de préciser la liste]

un instant où vous parvient soudain, comme issu du fond de votre tasse,
un air un peu flou,
une mélodie incertaine ou s’entrecroiseraient le souvenir enjolivé d’une rumba lointaine et les bribes d’un refrain de comptine, peut-être bien miaulé par un violon et quelques clarinettes,
un air que vous êtes seul bien sûr à entendre
[en tout cas personne autour de vous ne fait seulement mine de rien percevoir]
et qui bien que faible et doux s’insinue entre vous et le brouhaha quotidien,
vous isole des voix des voisins de la radio des cris de la ville du ronflement des moteurs et du ronronnement des néons
[dans un film on figurerait probablement ce moment en grisé, un peu flottant, au ralenti, mais nous ne sommes pas au cinéma alors rien ne change sauf que voilà le monde entier contenu hors de cette bulle ténue qui vous abrite]
puis
Paf !
vous êtes de nouveau dans votre cuisine, tassé devant le zingue ou debout près de la machine à café, un brin désorienté, n’osant jeter un coup d’oeil même furtif au fond de votre tasse.

Cela vous arrive-t-il ?
à moi, jamais.

Publicités

48 réflexions sur “Le chant de la tasse

  1. loisobleu dit :

    Voilà ce qu’on appelle un cas fais sans philtre !

  2. Dominique dit :

    Si si cela m’est déjà arrivé mais je n’en dirais rien.

  3. almanito dit :

    Ha ha ha Excellent!
    Ce sont les effets de la pub mensongère qui nous promet tant de voluptés suggérées en quelques images avec la musique assortie et que l’on ne retrouve jamais au fond de sa tasse..

  4. Alphonsine dit :

    Dis-moi, tu entends le bruit dans ma tête ?

  5. MyoPaname dit :

    Je me souviens de moments d’absence… les yeux plongés dans le fond de ma tasse, un égarement dans une autre dimension où tout devient sourd et flou autour de moi… mais sans note de musique… un éclat de voix ou un verre cassé pour m’en sortir ! Je préfère ton récit non vécu 😉 bordé de poèsie…

  6. Caroline D dit :

    celui-là m’a arraché plusieurs sourires, et quand je dis plusieurs, je veux dire plusieurs…

  7. bastramu dit :

    Cela m’arrive assez souvent à moi aussi… très beau texte carnetsparesseux !

  8. jobougon dit :

    Et bien, de te lire ici, à nous le raconter, je viens de vivre cet instant là avec cette tasse imaginaire qui fume et que je tiens encore entre mes deux mains. Intermède bullaire, quand tu nous emportes !!!
    C’est une bien jolie fenêtre dans le réel que celle que tu viens de nous montrer ici en quelques mots.
    Merci carnetsparesseux.

  9. jacou33 dit :

    Mais mon cher, je ne quitte jamais cet état. 😉

  10. Rx Bodo dit :

    Moi ça m’arrive chaque fois que la batterie de mon baladeur se vide.

  11. burntoast4460 dit :

    Il y a quelques années la fumée de la cigarette aurait aussi joué son rôle 🙂

  12. Marie an Avel dit :

    De plus en plus souvent, la musique change selon le lieu ou la saison, en ce moment c’est le carillon d’une vieille horloge, il tinte et la lumière vacille…

  13. Leodamgan dit :

    En louchant un peu, j’arrive parfois à visualiser des souvenirs dans la vapeur de mon café, mais jamais à entendre de la musique.
    Il faut dire qu’en sirotant mon café brûlant du matin, je suis encore assez mal réveillée…

  14. Valentyne dit :

    En sirotant mon café tout à l’heure , j’ai été transportée au bord d’une cascade gazouillante, Fraîche et
    Claire … Et puis je me suis rappelée qu’il fallait appeler le plombier pour la fuite dans la salle de bain !
    Une fuite ou une fugue , telle est la question 😉

    • Une fuite, une fugue, une figue ou une flûte ?
      on dirait qu’un mois plein s’est glissé entre ton commentaire et ma réponse… le calendrier n’est pas encore bien réparé !

  15. Le genre de café dont on redemande!

  16. jacou33 dit :

    Tu fais à ta guise, mais ce texte, ce texte…on s’y sent si bien, l’évasion, bref, un autre monde…
    Je le verrai bien pour l’agenda de décembre.

  17. … Je m’étais égaré…..Chacun des ces instants là me laisse perché sur la gamme d’une mélodie du genre…musicale, accordée à la mélodie silencieuse d’une poésie éphémère et salvatrice. D’ici, ou d’ailleurs d’ailleurs, je dirai: Bien vu !

  18. monesille dit :

    En fait il m’est arrivé de la boire la tasse ! Alors j’ai entendu le chant des sirènes….

  19. Ce texte m’a laissé indifférent jusqu’à l’éclair au chocolat, puisé, l’appétit aiguisé, j’ai poursuivi pour me rendre compte qu’à moi non plus, ça ne le faisait jamais… L’art de transporter gratis, bravo le dodo !!

  20. laurence délis dit :

    Un instant furtif soudain terriblement tangible.
    Et aussi un chant de tasse joliment amené avec en prime le sourire de la chute. C’est que du bon, Carnets ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :