C’était à Louvain-la-Neuve, faubourg d’Ottignies, dans le jardin botanique…

9

30/05/2016 par carnetsparesseux

En juin et pour l’agenda ironique du même mois, Anne de Louvain-la-Neuve nous invite à écrire un texte titré à l’imitation de la phrase initiale du Salammbô de Flaubert Gustave (soit : C’était à … , faubourg de… , dans les jardins de… ) ; le dit texte sera parsemé des mots, verbes, adjectifs – et autres – suivants : cannibale, fourbir, niquedouille, praliné, rentable, sautiller, tellurique ; il est sensé s’inspirer des deux collages collés ci-dessous.

numérisation0005 numérisation0020

Enfin, il sera déposé avant le 24 juin (et de préférence sous la forme d’un lien) dans les commentaires du billet ci-après, sur le blog d’A-d-L-l-N

Il gagnera certainement à être moins opportuniste que celui-là : C’était à Louvain-la-Neuve, faubourg d’Ottignies, dans le jardin botanique ; là, une cannibale fourbue, pauvre niquedouille écœurée des pralinés acquis au 32 de la Grand-Place* – un commerce rentable, au demeurant -, sautillait parmi les crocodiles avant d’aller suivre le cours dispensé à l’Université Catholique sur la terre et les planètes telluriques*.

Qu’on se le lise !

 

* * *

Paresseux, * je n’invente rien, rien du tout

 

 

 

 

Publicités

9 réflexions sur “C’était à Louvain-la-Neuve, faubourg d’Ottignies, dans le jardin botanique…

  1. ggunice dit :

    Amusant exercice de style. Soit dit en passant, Henri Meschonnic a produit une étude de cette phrase, en soulignant ses grandes qualités rythmiques.

    • Merci ggunice ; j’ai surtout essayé de faire court. Mais oui, la phrase initiale est sonore et rythmée. Flaubert, qui parait-il évitait les assonances, s’en offre là une jolie bouffée.

  2. Leodamgan dit :

    C’est du concentré!

  3. monesille dit :

    Du concentré de dodo, quelle plume, (tu es sponsorisé 🙂 pour la marque ?)

  4. jobougon dit :

    Carnabalesque, mon cher Watson ! J’en étais sûre. Les pralines sont telluriques. Les cannibales sautillent dans les faubourgs. Bref, c’est le jardin le plus déjanté qui soit, et je tente de penser correctement une idée de texte mais pour l’instant sans succès.
    Alors sans croquer le moindre début d’histoire, je laisse mijoter la machine à imaginer la famille cannibale rassemblée pour accueillir un nouvel adepte niquedouille. Bienvenue dans l’agenda de juin, et merci carnets pour ce rappel anatomique universitaire flaubertinois.
    Et surtout, à bientôt pour de nouvelles facéties.

    • Merci jo ! c’est juste un tout petit jardin, une tentative de bonzaïer (bonzaïser ?) la proposition végétale d’Anne, avec l’aide involontaire de l’Université catholique de Louvain et de la chocolaterie de la grand place 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :