La pipistrelle

Chaque nuit vole la pipistrelle,
Au dessus des prés et des bois
Tourne la ronde tournera.

De la Toussaint au jour des Rois
Passe le manège éternel
Des jours, des semaines, des mois,
Au bout de l’an l’année nouvelle
Roule la même ritournelle.

Chaque nuit vole la pipistrelle,
au ras de l’herbe et à tire-d’aile
Tourne la ronde tournera.

Amis, recomptons sur nos doigts
De la Saint-Jean jusqu’à Noël
– Sonnent trompettes et hautbois –
Le long manège sempiternel
Roule la même ritournelle

Chaque nuit vole la pipistrelle,
Pimprenelle ou Polichinelle,
Pour nous la ronde finira.

* * *
Ronde-du-dimanche pour la poésie-du-jeudi chez Asphodèle.

46 commentaires

  1. Bel hommage à ce sympathique chiroptère, cette gazelle à alies qui joue à la marelle snas être une dame-oiselle. Bien du talent chez toi cher Paresseux.

  2. Oh! un souvenir très lointain, où ma mère, en vacances à la campagne, nous faisait entendre son petit cri, et moi qui croyais que c’était un petit oiseau de nuit. Ma mère avait son index levé comme pour faire chut et qu’on écoute, moi j’écoutais les yeux grands ouverts, je ne voyais rien et ne posais pas de question. C’est loin tout ça
    C’est beau tout ça, chers Carnets

  3. Quelle ronde enchantée, comme le manège du même nom qui tourne et tourne…en sachant qu’il s’arrêtera. Poète et philosophe mon cher Dodo, c’est de belle facture ! Je ne crois pas avoir de pipistrelle dans mon jardin, la seule fois où j’en ai entendu parler c’était dans les livres de Pagnol ! Et il y a du Pagnol chez toi ! 😉 Je repars en tournant ! 😀

    • Merci Asphodèle. Les pipistrelles ne se font pas remarquer, c’est là leur moindre défaut. Je parie que tu n’as pas repéré leur colonie 🙂
      Pagnol ? j’en ai lu il y a très longtemps…il cause de pipistrelle, lui ? m’en souviens plus 🙂

      • Ha, je suis allé vérifier sur Wiki (quel bon pote çuilà^^) et je me suis trompée ! Je connais bien la pipistrellus dont tu parles et bouh ! J’en avais des colonies dans mon ancien grenier ! Elles faisaient un boucan d’enfer la nuit… Je confonds avec la « bartavelle », un genre de perdrix cher (au palais gourmet) à Pagnol ! Bon tu me diras, pispistrelle, bartavelle, il y a des ailes partout !!! 😀

  4. Joli le parallèle entre la ronde des pipistrelles et des jours ! Pourvu que ce ne soient pas les pipistrelles qui finissent en premier, nos jours en vaudraient ils alors la peine, bouffés pas les moustiques ? Elles sont bien venues dans mon jardin ces petites bêtes tournoyantes.

  5. Belle ronde virevoltante avec un petit côté « désuet » que j’aime bien…
    Le mot « pipistrelle », sous ta plume, devient joli et poétique !

    • Merci Licorne ; un petit côté « désuet » ? désuet comme Leconte de l’Isle ? Je reconnais que la modernité n’est pas mon domaine de prédilection 🙂
      (et sinon, c’est joli en soit, pipistrelle, comme la bestiole, non ?)

  6. Le tourbillon de la vie version chauve souris… je souris !
    Bravo cher ami, c’est frais et doux comme une chanson de geste enfantine.
    ¸¸.•*¨*• ☆

  7. « Scintillez, Scintillez,
    petite pipistrelle
    Qui doucement venez nous frôler de votre aile !
    Dans le crépuscule où, sans bruit, vous voletez,
    Scintillez, Scintillez,
    comme un plateau à thé !… »

    • 🙂
      Où l’on voit que Carroll décrit admirablement la « silver pipistrelle », dite « tea cup », fort courante dans les campagnes anglaises… Celles de chez nous sont moins brillantes et plus discrètes.

  8. Sous le charme de ton manège 🎠

    Alors qu’en vrai j’ai une peur panique des chauve souris (la faute à Barjavel je crois)
    Bonne journée Carnets 🙂

    • Faut pas croire « Ravage », la virevoltante pipistrelle est un charmant petit animal (sauf pour les insectes qu’elle gobe : « une pipistrelle dévore près de 80 mouches en 24 heures », précise M. Coupin (Animaux de nos pays,1909, p.3) qui n’avait visiblement rien de mieux à faire que de compter les mouches 🙂

  9. Brrr! Avant d’écrire mon comm, je suis allée voir qui était cette pipistrelle….Et bien un seul mot Brrrr….Elle est tres sympathique sous ta plume, mais je ne frotterai pas aux siennes!
    Bises

  10. Elles sont mignonnes en images ces petites membraneuses mais je n’en ai jamais vu « en vrai ». ni d’ailleurs aucune autre chauve-souris.
    Je connais surtout les pipistrelles pour les rencontrer dans les grilles des mots croisés mais les rencontrer en tourbillons dans un de tes poèmes, c’est beaucoup mieux!

  11. Quand les mots du poète rencontrent les notes du musicien, voilà ce que ça peut donner.
    Merci cher Dodo de nous avoir prêté ce texte pour en faire un chanson 🙂

Répondre à modrone Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.