Le renard dans l’assiette -10

38

24/03/2016 par carnetsparesseux

Résumé des épisodes précédents : le petit renard peint regarde le dé de poulet que la fillette a posé dans l’assiette fissurée : quel est ce nouveau jeu ?

* * *

Le petit renard lève l’œil vers la fillette. D’un plissement de nez, celle-ci l’encourage. Mais à faire quoi ? Veut-elle qu’ils jouent au dé ? Le renard examine le petit cube de poulet : la face qu’il aperçoit ne porte pas de marque, mais il y en a peut-être sur les autres côtés. Il faut en avoir le cœur net ;

alors il risque une griffe hors de la faille, cale le dé avec son museau et le fait tourner d’un cran. Il a beau loucher à s’en étourdir, il ne voit pas de marque sur cette face là non plus. Encore un tour… toujours rien. Rien, sauf l’arôme entêtant du poulet rôti juste contre son nez. Et voilà que le petit renard se rend compte qu’il a planté sa griffe dans le morceau de viande. Son poil se hérisse, son échine tremble, sa gueule claque, ses pattes se tendent ; sans qu’il puisse seulement songer à ce qu’il fait, il passe une deuxième griffe à l’air libre, puis une troisième ; la patte suit toute entière, se pose sur le bout de viande et d’un coup l’entraîne dans l’assiette, droit dans la gueule rouge du petit fauve. La glaçure tremble sous l’effort et le claquement résonne dans toute l’assiette !
Abasourdi par ce qu’il a osé, le renard relève la tête, penaud ; le bruit a du se faire entendre dans toute la salle à manger ; par sa faute, les adultes vont le démasquer et gronder la fillette… Mais les grands ne lèvent pas le nez de leurs assiettes : les yeux dans le vague et les oreilles en l’air, ils n’ont rien vu ni entendu. Et la fillette ? Est-elle fâchée de sa témérité ? Non ; elle le regarde avec un grand sourire, et, du bout de sa fourchette, pousse vers lui un second dé de poulet. C’était donc ça, son plan : que le petit renard puisse manger tout seul, comme un grand. Finies les bouillies, les sauces, les purées ; il chassera, il attrapera sa propre nourriture, et à chaque repas, dévorera sa moitié d’assiette ;  elle se forcera à avaler le reste ; les adultes seront contents et lui ficheront la paix.

Avec l’aide de son amie, le petit renard s’est aménagé d’autres issues dans l’assiette : il peut maintenant surgir, pattes ou gueule en avant, de derrière le moindre rond de carotte, de sous la plus innocente feuille de laitue. Ils s’amusent aussi à chiper juste le morceau que l’autre lorgnait. Et si le renard est habile à ce jeu, la fillette ne laisse pas sa part au chien – si on peut dire dans ce cas précis. Une fois même, oubliant toute prudence, le renard agrippe à pleine patte tout un pilon de poulet entier qu’il tente d’escamoter dans la fissure ; heureusement, la petite a la présence d’esprit de cacher la scène sous une large feuille de chou rouge avant que les grands ne s’aperçoivent de quelque chose – ouf, ni vu ni connu !

Mais si le renard s’enhardit, il ne s’aventure pas plus loin que le bord de l’assiette. Bien sûr, la tentation est grande ; et peut-être même que la fillette aimerait bien qu’il vienne jouer dans sa chambre. Mais non ; il faut être raisonnable. Jouer à l’abri d’une tomate farcie ou d’une salade de fruit passe inaperçu ; mais l’éclair roux de son pelage serait trop repérable dans la maison. La vraie raison, qu’il ne s’avoue pas, c’est que le monde extérieur qu’il a tant rêvé du fond de son assiette perchée sur le vaisselier, ce monde désormais accessible lui fait peur. Que désirer de plus qu’une amie pour jouer, un vaisselier pour dormir, de la nourriture à foison et une assiette pour courir ? Et puis cette assiette, avec son réseau de fissures, ses issues, ses cachettes et sa glaçure craquelée – sans même parler des marques de fourchette – il la connait si bien ; là, il est en sécurité.

Jusqu’au jour où, au moment de mettre la table, la cuisinière s’arrête et considère l’assiette qu’elle a dans la main : « Hum… celle-ci est bien fatiguée… on n’a pas idée de telles fissures ni de telles craquelures… et ça ? On dirait des coups de griffes ! Il va falloir penser à la changer, et avant qu’elle casse en plein repas ».

 

* * *

à suivre !

Le renard et la fillette dédient l’épisode aux amis Belges. Pour la suite, aux lecteurs de jouer via le vote et les commentaires. Aujourd’hui, pas de question du jour, expression libre !

Publicités

38 réflexions sur “Le renard dans l’assiette -10

  1. gibulène dit :

    dépose brutale de l’assiette dans l’évier….. elle se casse !!! petit renard se cache sous les autres assiettes……. La petite fille entre dans la cuisine… et comprend ce qui s’est passé

  2. Alphonsine dit :

    Une feuille de chou rouge entière dans une assiette ? C’est quelle recette ?
    Il y a un invité imprévu, la petite fille doit laisser sa place et se loger entre son papa et sa maman, mais du coup elle n’a plus l’assiette du renard. Le renard qui dormait ne s’en aperçoit pas tout de suite;

    • Alphonsine, la cuisinière a pour coutume de décorer les assiettes avec des feuilles de chou rouge entières (comment ça je l’avais pas dit ?) ; bon, il va falloir inventer une recette de chou rouge….
      Et je note le renard endormi devant le « mauvais » convive.

  3. emilieberd dit :

    Roo! Mon cœur balance entre le « Zut » et le « Ouf »! Faut que je réfléchisse !

  4. Asphodèle dit :

    Haaa contente de lire la suite ! Il doit te hanter ce renard, quel dilemme quant au sort qui va lui être réservé ! J’ai choisi deux réponses, lesquelles ? Ha ha mystère ! Toutes les options proposées sont intéressantes et « ouvertes » ! Vivement le dénouement et…en même temps ce sera fini *triste* 😉

    • Merci Asphodèle. Moi, hanté par un renard ? Oui, les propositions sont toutes bien, et d’ailleurs les votes ne tranchent pas…. va encore falloir que je décide tout seul 🙂
      Sinon, je cherche activement le secret de la fin qui finit pas…

      • Asphodèle dit :

        C’est embêtant si tu n’as pas le « secret de la fin », ou alors il va falloir rebaptiser l’histoire « le renard sans fin mais pas sans faim » ! 😀

        • Asphodèle, j’ai en effet pas encore la fin de l’histoire (je la trouverais à la fin, je pense) ; mais c’est le secret de « la fin qui finit pas » que j’aimerais bien trouver, pour pouvoir finir des histoires sans avoir la pointe de déception de me dire « zut, c’est fini ».

          Sinon, c’est pas un secret, le renard aura toujours faim, même après la fin
          🙂

  5. jobougon dit :

    La petite fille, le repas suivant, se retrouve avec une assiette neuve. Le dessin qui figure sur l’assiette représente un papillon. Elle demande où est son assiette habituelle mais personne ne lui répond, alors, elle décide de retrouver son ami le renard. Elle demande au papillon s’il peut l’aider.

    • Un papillon peint…jolie idée Jobougon ; mais comment saura-t-il ou est le renard ? et ça mange du nectar de fleur, un papillon, non ? Va falloir changer les menus, le gratin dauphinois risque de ne pas lui convenir !

  6. Valentyne dit :

    Les Parents étant attachés à ce service qui remonte à leur arrière arrière grand mère décident de mettre l’assiette ébréchée avcrrochee au mur comme décoration : à deux metres du sol . Les Deux amis sont maintenant séparés … Comment feront ils pour se rejoindre ?

  7. Merci pour cette dédicace à la Belgique, cher Dodo. Nous sommes secoués (et ma famille épargnée) mais comme la petite fille de ton récit, nous recommençons à vivre et à manger ces plats qui font la joie du renard. Alors, oui, évidemment, c’est l’assiette du renard dont on va décider du sort. Mais quoi, il a les moyens à présent de s’échapper ou de rester (mais pas dans la poubelle, please). Et la petite a les moyens de le libérer et de l’aider… A vous, cher auteur, de nous dépatouiller de l’affaire.

  8. Il y a toujours un rebondissement dans une bonne histoire et je fais confiance à ton imagination… mais par pitié… une histoire qui se termine bien!!! Oui, je le sens, c’est le karma de cette histoire 😀

  9. mariejo64 dit :

    une mignonne petite fille, un joli renard roux et un papillon…le début d’une nouvelle histoire avec trois compères copains comme cochon ! 😀 Elle me plairait bien ! Bises

  10. mariejo64 dit :

    le papillon dans le rôle de l’espion… il est léger, ne fait pas de bruit, peut tout entendre…

  11. Leodamgan dit :

    On fait appel à un artisan qui restaure l’assiette et bouche les fissures (mais en oublie une) et le petit renard, en sécurité dans l’assiette pourra continuer à jouer avec la petite fille jusqu’à ce que la petite fille devienne trop grande et apprécie d’autres jeux.

  12. Allez, allez, donne-lui la liberté ! Effrayante et enthousiasmante liberté…

    • On y songe, à l’effrayante liberté. Mais que va dire la gamine ? et puis lui, là, il se préfère libre dans le périmètre de son assiette.
      Et puis si je le sors de l’assiette, finie l’histoire du « petit renard dans l’assiette »….à suivre donc !

  13. Bon, je boucle le sondage :
    Vous êtes tous d’accord pour dire que Zut, c’est l’assiette du renard qui est fêlée et que les parents vont l’accrocher au mur (mai comment les deux amis feront ils pour se rejoindre) ; un peu moins nombreux à souhaiter l’intervention d’un papillon (ou d’un tiers animal peint) ; pas trop pour casser l’assiette dans l’évier, ou pour un invité imprévue (merci) ; et encore moins pour trouver un raccommodeur de faïence (http://www.ina.fr/video/I06256933)

    Ce qu’on va faire de tout ça ? on le saura demain !!

  14. jacou33 dit :

    Arrivée trop tard pour donner un avis éclairé, 😉
    Sinon, j’aurais voté pour la place de la petite fille laissée à l’étranger.
    A bientôt.

  15. burntoast4460 dit :

    All hop, à la poubelle, l’assiette !

  16. monesille dit :

    Ah, la la, je suis suspendue au fil de l’histoire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :