Le renard dans l’assiette -8

81

09/03/2016 par carnetsparesseux

Résumé des épisodes précédents : le petit renard peint prend vie dans son assiette fissurée : il communique – par clins d’yeux – avec la petite fille de la maison et rêve aux prochains repas

* * *

C’est vrai, c’est quoi le menu du jour ? Une chose est sûre, pas de coq au vin ; on n’est pas dimanche. Alors quoi ? Gratin dauphinois, salade chaude, roulade de jambon couverte de râpé ? Du fond de son assiette, le renard n’a d’autres options que de tendre le nez pour renifler les parfums qui s’échapperaient de la cuisine et, avec les indices ainsi glanés, de jouer aux devinettes. Mais voilà qu’il découvre qu’il s’en fiche complètement ; quand bien même se serait des fourmis enrobées de chocolat ou du poulet aux huitres, on verra bien une fois le repas servi ; le plus important, c’est, tout à l’heure, les retrouvailles avec la petite fille !

A l’heure dite, un gratin de fleurs de courgettes farcies à la courgette les attend à table. Portés par les coulées d’huile d’olive chaude, les arômes de parmesan, de bourrache, de basilic et d’oignon confit envahissent la fissure mais ne dissipent pas le malaise du petit renard. Car le repas ne se passe pas du tout comme il l’a imaginé : stupidement intimidé il n’ose pas faire le premier pas, observe la gamine par en dessous – d’ailleurs, le moyen, placé comme il est, de faire autrement ? Elle, elle l’ignore superbement ; naquillant et patassant, elle décore d’une ronde de fleurs de courgette le pourtour de l’assiette sans même un regard vers lui. La déception du renard est terrible. Lui qui croyait avoir trouvé une amie, voilà qu’il est de nouveau seul au monde.

Alors il prend une décision : tant pis, s’il doit être seul, il agira seul et pour son propre compte. D’abord, s’assurer la subsistance ; avec ses toutes nouvelles griffes, il décide d’aider le destin et d’agrandir doucement la fissure de l’assiette. Peut-être qu’en lui donnant une forme de gouttière il pourra recueillir plus de sauce ou de bouillon ; au pire, d’eau de vaisselle. L’idéal serait de patiemment creuser un petit bassin au bout de la fissure, comme une écuelle qui retiendrait la nourriture devant lui. Et pourquoi pas des cachettes et des réserves souterraines, des terriers à vivres pour les jours maigres ? Ce renard, on le voit, a de la suite dans les idées.
Mais tandis qu’il trime, une ombre pointue passe au-dessus de lui avec un petit grincement. Il lève les yeux et voilà ce qu’il voit : de la pointe de la fourchette, la fillette gratte la fissure ; elle l’a vu, a compris ce qu’il voulait faire et elle l’aide ! Il n’est plus seul… Bien sûr, ils travaillent prudemment et lentement : il ne faut pas casser l’assiette ni se faire remarquer des adultes. Heureusement, ceux-ci sont perdus dans leurs conversations.

Passe le gratin, vient la salade.
Et voilà que, sans crier gare, la fillette s’arrête de gratter et coupe un petit morceau du magret qui accompagne la salade, le pousse négligemment vers la fissure agrandie, appuie dessus à pleine fourchette : une goutte huileuse se forme, glisse dans la gouttière, dévale jusque dans la gueule du renard ! Les papilles chavirées, le petit fauve se tortille d’aise et presque ronronne ; oh, mais c’est encore plus savoureux que le jus d’endive !
Au-dessus de l’assiette, la fillette le regarde et sourit doucement. Ainsi, elle n’a pas rêvé hier soir, ce petit renard peint est bien vif… enfin un compagnon pour faire passer plus vite les longues heures des repas. Toute la matinée elle a échafaudé sans oser y croire des courses de radis, imaginé des parties de cache-cache derrière les brocolis, escompté des navets-au-prisonnier, fait des rêves de renard-perché et de poulet-frites-vole. Et voilà que c’est possible. Bien sûr, il faudra être discret, faire attention à ne pas pouffer, glousser ou rire, et que le renard évite de glapir trop fort ; il ne s’agit pas d’attirer l’attention des grandes personnes ; lui – le renard – doit sûrement entendre l’écho assourdi de leur conversation sans fin à travers la fissure élargie.

Mais elle songe plus avant, le front plissé et une moue au coin de la lèvre ; c’est bien beau d’avoir trouvé un camarade de jeu pour les heures de repas, mais les grands n’en voudront pas moins qu’elle finisse son assiette… si seulement le petit renard pouvait l’aider. Hé, mais pourquoi pas ?

 

* * *

la suite ? c’est par là !

Au lecteur d’infléchir la marche du destin, en votant pour une (ou plusieurs) options ou en en proposant d’autres dans les commentaires (elles seront ajoutées dans le sondage). Je rappelle qu’on peut voter plusieurs fois.
La question du jour : « pourquoi pas, mais comment ? »

Publicités

81 réflexions sur “Le renard dans l’assiette -8

  1. Alphonsine dit :

    La petite fille lui glisserait toute la nourriture dans la fente, elle serait trop faible et tomberait malade. Le renard arriverait à sortir de l’assiette pour la rejoindre dans sa chambre et la convaincrait de manger normalement.
    Et moi je suis jalouse, j’aurais aimé avoir un renard qui termine mon assiette lorsque j’étais petite fille.

    • Lucie dit :

      C’est drôle, moi aussi

    • C’est noté Alphonsine, même si ça m’embête de pousser la gamine à la famine…;
      Et puis il ne faut pas être jalouse, le petit renard va peut-être rafler les bons morceaux et laisser la fillette se débrouiller avec les coquillettes froides. Et qui sait, peut-être y avait-il un petit renard, mais subtil, discret et vorace au fond de votre assiette ?

      • Alphonsine dit :

        Elle ne serait pas anorexique, elle aurait été trop généreuse, c’est tout.
        Et pourquoi ce ne serait pas le renard qui sortirait de l’assiette ? Elle ferait un pacte avec lui : il mange ce qu’elle n’aime pas, et elle lui offre une journée de vacances.

        Sinon, le petit renard de mon adolescence était mon frère (d’ailleurs roux, ça ne s’invente pas). Il mangeait mon poisson pané que je détestais de tout mon corps (pourtant pané maison…)

    • Alphonsine dit :

      Je n’ai pas voté, aucune solution ne me convient. Trop risqué de s’attaquer à la cuisinière : il y a toujours un grand couteau qui traîne dans une cuisine.

  2. gibulène dit :

    la petite décide de s’équiper….. ses couverts sont des couverts d’enfant. La fourchette a le bout rond, le couteau aussi…… il va falloir négocier, prouver qu’elle a grandi………

  3. mariejo64 dit :

    oh bazar, pour une fois que j’arrive l’heure, je ne sais pas me décider ! Pour quelle option voter, je recommence ! à tout…

  4. mariejo64 dit :

    elle donne toute la nourriture au renard ! mais j’ai quand même peur qu’il ne réussisse plus à sortir de l’assiette qui risque de rester sur le vaisselier. Comment va-t-il faire pour se glisser hors de la fente ? Il ne faudrait pas qu’elle tombe malade rapidement, qu’elle ait le temps d’agrandir l’ouverture ! Enfin, ce que j’en dis, hein ? 😉

  5. jobougon dit :

    Il fallait bien qu’à un moment donné tout ceci se complexifie copieusement.
    Le renard ferait-il appel à toute la basse-cour pour aider la petite fille à finir son assiette ?
    Pour cela, il faudrait fendiller le service complet, et puis tout ce remue-ménage alerterait les convives, ça ferait un joyeux désordre.
    Non, décidément, je donne ma langue au chat pour la suite.
    Mais je vote pour que la petite fille se glisse dans l’assiette pour aller jouer avec le renard, un peu comme Alice quand elle glisse dans le terrier et se retrouve dans le monde des rêves.

    • je suis bien d’accord, ça se complexifie fractalement comme une fêlure à travers la porcelaine ; et puis le Petit Pince un jour, Alice le lendemain… va falloir un service d’apparat pour accueillir de tels hôtes !
      j’aimerais bien, moi aussi, donner ma langue au chat ; mais patience, quoi qu’il arrive, on en saura sûrement plus bientôt.

  6. walachniewicz dit :

    j’aime beaucoup cette histoire Carnets paresseux, beaucoup …
    ;o)

  7. Pas question de maladie, quand même ! Pauvre petite ! Moi, je vote les couverts : ça va faire suer le Dodo qu’il ne saura pas quoi en faire ! J’en ris dans mes moustaches. Et puis, ce renard, c’est bien beau de manger mais le surplus, qu’est-ce qu’il en fait, hein ? Rhhhhhhhhho, Dodo n’est pas dans la m… !

    • Merci Anne, les couverts, c’est déjà réglé ; sur l’autre point – pour ce la science sait aujourd’hui de la physiologie du renard peint – il n’y aura pas de surplus ; au surplus (justement) il aura droit à de la pâte de coin !
      🙂

      • Je le savais ! L’auteur est maitre du jeu et il a bien raison sinon tant va la cruche aux commentaires qu’à la fin il vous les brise menu !

        • Ou alors, juste une maladie due à une malédiction lancée par l’Ankou pour rire un peu et pour recycler, ainsi on préserve l’environnement et les générations futures, quand elles nous liront, ne comprendront rien à ce dialecte étrange mais penseront peut être que nous étions une civilisation plus évoluée qui a disparu, genre les atlantes… A ce sujet, il est amusant de noter que l’Atlantide se trouverait en Méditerranée, ce qui aurait dû, en conséquence, les faire s’appeler les Méridés »… ! Bref, ceci dit, ne me faites pas dévier, s’il vous plaît, je crois sincèrement qu’à bouffer des endives, une rage de dents pourrait survenir, s’infecter, se sur-infecter, provoquant sinon le décès, une absence prolongée au collège qui la ferait redoubler inexorablement sa 6ème, ce qui n’est pas dramatique en soi, car elle est encore jeune et, qu’à son âge, d’autant plus dotée d’un renard en dessin animé (j’ai beaucoup aimé cette formule… Très fin comme toujours le Carnets)… Elle pourra toujours se faire embaucher dans un cirque slave voire roumain, ou un chinois, ainsi va la Mondialisation et proposer un show sympathique avec le dit-goupil qui fera la joie des petits comme des grands même si, à 40€ l’entrée, ils se touchent un peu les gars du cirque avec leurs pauvres 2 chameaux…
          Je trouve !

  8. emilieberd dit :

    Elle se glisse dans l’assiette pour jouer avec le renard.C’est trop dangereux dehors pour le renard!
    Bises

  9. domicano dit :

    le renard a profité de pâtes à l’encre de seiche pour tracer un trou à côté de l’arbre où il réside sur l’assiette. C’est un trou sans fond où il enfouit la nourriture que la petite fille ne veut plus manger…

  10. Asphodèle dit :

    Mais je croyais que l’assiette s’était déjà agrandie dans le dernier épisode ??? Tu me fais halluciner cher Dodo 🙄 Bon, alors là, il va falloir trancher mais pas de fillette malade et anorexique ! Je laisse l’auteur se débrouiller même si j’ai voté, hé hé !!
    P.S. : alors, c’est bien ce qu’il me semblait, je reviens de mes mails et après une recherche avancée, la dernière News que j’ai reçue de ton blog date du 28.12.2015 (Le tamanoir) ! 😥 Bon heureusement qu’il y a le Reader et que je viens par d’autres moyens mais quand même ! Ça me l’a fait avec Martine aussi, et puis un matin c’est revenu (trois mois après ) ! Grrr !

  11. Valentyne dit :

    La petite fille parle de son nouvel ami à ses parents …qui l’envoient chez Top chef 😉

    Extra la partie avec les jeux de cache cache derrière les brocolis , la partie de navets au prisonnier etc ….
    Bisesss

    • Désolé, Valentyne, mais le petit renard va éviter la télé-réalité 🙂
      Sinon, oui, je me suis bien amusé avec les jeux et je suis content qu’ils te plaisent !

  12. Clairement 1 option s’offre à eux : creuser dans le tronc de l’arbre une cachette à nourriture pour, tel l’écureuil, pour lui, stocker en vue de l’hiver, et pour elle, échapper au gratin de panais au romarin.
    Encore faut-il trouver une micro-pelle à écorce d’arbre !

  13. monesille dit :

    Cela me rappelle lorsque j’étais petite, j’avais un bol avec une bretonne au fond ! j’attendais impatiemment de la voir apparaître ! peut-être que stimulée par l’apparition du renard, la petite fille va enfin trouver de l’appétit ?

    • Mais elle n’a pas perdu l’appétit, elle a juste plus envie de jouer que de manger 🙂

      chanceuse, tout le monde n’a pas une petite bretonne peinte pour finir son assiette !

  14. monesille dit :

    Mon message est parti un peu vite ! j’attends la suite maintenant, merci de ces jolis contes qui nous plongent dans une ambiance magique (à défaut d’eau de vaisselle !-))

  15. Leodamgan dit :

    Que souhaite-t-on au juste? Que le renard s’échappe de l’assiette? Nous sommes nombreux à le souhaiter et la petite fille aussi sûrement.
    La petite fille pourrait finir son assiette pour complaire à ses parents puis profiter qu’on ne s’occupe plus d’elle pour escamoter l’assiette et l’emmener dans sa chambre.
    Et là, elle aurait tout loisir de gratouiller la fissure.

    • Certes, mais si le renard sort de l’assiette c’est plus l’histoire du « renard dans l’assiette » 😦
      toute l’équipe technique bosse sur le problème ! 🙂

  16. En plus, comme le Dodo a annoncé à la Plume qu’il partait le weekend, on peut s’en donner à cœur joie avec les commentaires et les réponses des commentaires aux commentaires… Me réjouis de voir sa tête lundi !

  17. jacou33 dit :

    Et si l’assiette à renard ne se trouvait pas à la bonne place, que la personne mange tout, lui laisse rien au renard, que la petite fille se prenne d’amitié pour un autre animal? Et que le renard mange la poule de l’assiette de la petite fille? Et si c’était un vrai carnaval des animaux!
    PS qui n’a rien à voir, je préfère les beignets de fleurs de courgette, plutôt que les fleurs farcies.

  18. Le pouvoir du jus d’endive… comment dire? Non, je ne dis rien… J’aime pas les endives!!! J’aurais bien aimé, quand j’étais gamine, avoir moi aussi un petit renard pour m’aider à finir mes endives… et ma soupe aux poireaux… et… Je suis ravie que le petit renard ait enfin trouvé une amie!

  19. Leodamgan dit :

    Quand le Dodo n’est pas là, les souris dansent et qui va à la chasse perd sa place!

    • Alphonsine dit :

      Tu crois qu’il reviendra ? Je n’ai pas la prétention de prendre sa place, je le laisse aux prises avec les assiettes, le jus d’endives et de vaisselle, le renard, la petite fille et le gros menton.

      • Je suis revenu, tout éberlué et bien content des trouvailles et des pistes évoquées…. Merci pour ces francs éclats de rire, je reprend la pile de vaisselle et le sort des petits héros !

  20. Bon, fin du vote ! vous êtes plutôt pour que la gamine se glisse dans l’assiette pour jouer avec le renard, pas mal pour qu’elle lui glisse toute la nourriture dans la fente, au point de tomber malade de faiblesse ; alors le renard arriverait à sortir de l’assiette pour la rejoindre dans sa chambre et la convaincrait de manger normalement ;
    un peu moins pour que la fillette s’équipe, quitte à négocier une perceuse et un burin ;
    et pas trop pour que le renard fasse peur à la cuisinière.
    et je ne parle pas des martiens, de James Bond (lequel ?) et des trois petits cochons. 🙂
    Résultat demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :