Vétille et rêve de brindille

40

04/12/2015 par carnetsparesseux

L’année s’achève en déroute
Par la lente descente de l’ombre
Dans les méandres de décembre.

Les jours sombrent sous le ciel lourd,
Glacées, les heures s’engourdissent.
L’espoir ne tient plus qu’à un songe :

Quand reviendra l’herbe nouvelle ?
Que regretter du temps perdu ?
Vétille et rêve de brindille.

* * *

Un petit poème bien neurasthénique, qui – précisons-le – n’est pas un bulletin de santé.

Publicités

40 réflexions sur “Vétille et rêve de brindille

  1. Milton dit :

    Après 2 semaines d’un temps gris cafard, le soleil est enfin revenu (sur mon bout du monde). Ton poème est donc en décalage d’un jour ;).
    Cela me m’empèche pas d’en apprécier sa beauté… (mais je suis bien contente de lire qu’il ne reflète aucun bulletin de santé !)

  2. martine dit :

    Ici, les rayons pâles du soleil brillantent les jeunes pousses du blé d’hiver, qui tendent le col vers un peu de lumière bienfaisante.

  3. emilieberd dit :

    Merci pour la precision😉 Et pour ce joli poème de saison.

  4. domicano dit :

    Le dernier vers ressemble à une pirouette, cacahuètes , et annonce l’envie de se secouer de cette grisaille ambiante. Carnets paresseux cache un joyeux drille qui voudrait bien danser le quadrille, rire pour des vétilles et rêver un brin des îles sous le vent.

    • En effet, domicano, le dernier vers tente une pirouette : pas la peine de cultiver des regrets ou de faire des voeux, la grisaille se fiche de nos états d’âme est passera d’elle même 🙂

  5. Valentyne dit :

    L’année commencera sans doutes

    Par la rapide croissance des jours

    Dans les frimas de janvier

    La lumière pointera le bout de son nez

    Chatouillera les bourgeons qui vrombissent

    Titillera les minutes qui s’allongent

    L’herbe nouvelle attend son heure

    Le temps perdu se cherche

    Comme dit le lapin à la chenille

  6. Pas un bulletin de santé, j’en suis bien convaincue… Disons que l’absence de lumière des jours passés invite tout un chacun à la neurasthénie! Trouver les mots pour en faire un si joli poème, moi, j’appelle ça, au contraire, de la bonne santé!

  7. Leodamgan dit :

    L »ambiance est si triste que ça? Sniff… Cela ne donne pas envie de rentrer!

    • Disons qu’il y a différents paramètres qui ne m »inciteraient pas à quitter l’île Maurice, si par hasard je m’y promenais…
      mais bon, ce poème est une pure fiction 🙂

  8. jacou33 dit :

    Aujourd’hui rime avec soleil brille,
    Dans le ciel, quelques nuages en guenille,
    Baguenaudent, cotonnent et blanc vaporeux, éparpillent.
    Aujourd’hui ne rime pas avec jeu de billes,
    Ni avec reprenons la Bastille,
    Aux urnes citoyens, ensemble garçons et filles,
    Pour que continuent farandoles et séguedilles.

  9. monesille dit :

    Je ne lis ton poème qu’aujourd’hui !
    Un beau jour pour les parapluies
    Où règne un délavé de gris
    Dans le ciel et dans mon esprit.
    Espérons, sieur dodo paresseux,
    Que tes rimes soufflées aux cieux
    Chasseront loin tous ces nuages
    Dégoutant d’ombre sur mes pages.

  10. soene dit :

    Un petit coup de règle en bois de Miss Aspho sur tes doigts, Carnets paresseux 😉
    Deux publications avant l’heure pour le 10/12 😆
    Que regretter du temps perdu ? Inutile de perdre du temps à faire une liste de ces regrets 😆
    J’aime perdre mon temps depuis un an et demi. Que c’est bon ! Même s’il faut se dépêcher pour gagner un peu de temps perdu 🙄
    Il me semble que toi aussi, le temps de joue des tours… Tu en parles souvent 😆
    Re bises du 5e

    • Merci Soene ; je brave les coups de règle d’Asphodèle. Mieux vaut livrer avant l’heure qu’après 🙂
      Oui, le temps me joue des tours, et même des boucles…ça n’est pas forcément plus mal que de mal l’employer. Alors, « que regretter du temps perdu ? » = des vétilles et des rêves de brindilles,

  11. Asphodèle dit :

    Un poème comme je les aime, avec un vrai sens poétique dans la réflexion, tu es un chef ! Et y’a pas que moi qui donne des coups de règle, je vois que Monesille compte s’y mettre ! 😆 Si vous étiez moins indisciplinés aussi tous que vous êtes ou surtout quand vous êtes tous ensemble ! Individuellement passe encore !!!^^ A propos du temps perdu, inutile de lancer un avis de recherche, on ne le retrouve jamais ! Il nous envoie des souvenirs pour nous consoler de sa perte mais ceux-ci engendrent souvent de la mélancolie ! Le temps présent est beaucoup plus malléable ! 😉 Tu as bien fait de l’ajouter au cahier de poésie, je le préfère à « Bouchées doubles » que j’aime aussi, attention ! 🙂

    • Merci !! tu as remarqué, je laisse tomber la rime pour ne garder que le son et la musique (enfin, j’essaie… dans 50 ans, j’arriverai au vers libre 🙂 )
      tu as tout à fait le droit de préférer « Vétille » à « Bouchées »… Moi, je leur préfère « au ciel seuls » !
      Ce qui est curieux, c’est qu’aussi bien « bouchées doubles » que « Vétilles » me semblent aboutis (tricotés de mon mieux) mais inachevés (comme si j’avais pas vraiment trouvé ce qu’ils voulaient vraiment raconter)…
      bref, qu’ils se débrouillent, maintenant, ils sont grands !

      • Asphodèle dit :

        Hi hi, tes tergiversations me font sourire mais tu as raison et tort ! Raison d’être perfectionniste et de rechercher la musicalité, c’est quand même plus agréable et toujours mieux qu’une rime qui fait flop ! Tu as tort de te torturer car soit on fait passer un message de suite dans ce que l’on raconte, soit on en rajoute ou on enlève de trop et ça laisse la chose bancale ! Tu as tout à fait raison de les laisser « reposer », peut-être un jour en les relisant, tu penseras à quelque chose et tu trouveras ce qu’il te semblait qu’il manquait car je te rassure, moi je les trouve très bien et oui, j’avais beaucoup aimé aussi « Au ciel… », il y avait une réelle spontanéité… C’est comme tout, trop travaillés, les poèmes perdent leur légèreté de poème et pas assez…ça reste moyen ! Je parie que d’ici bien avant 50 ans tu en écriras de très beaux ! 🙂 Et je ne dis pas ça pour te flatter ! Je connais le potentiel !!! 😀

  12. zoé pivers dit :

     » Vétille et rêve de brindille  » C’est beau ! Touchant…
    Merci

  13. mariejo64 dit :

     » Quand reviendra l’herbe nouvelle » ? Non mais, je rêve ? Tu n’as donc aucune patience ? Elle reviendra, comme à chaque fois, pas de quoi se biler ! Il suffit d’attendre et d’apprécier le moment présent ! Je parle d’autant plus facilement que j’ai encore tellement d’herbe verte chez moi… un peu plus et je me croirais au printemps ! 😀 Bisque bisque rage !

  14. […] Merci à Jacques Jouet ici (et à tous les autres Verlaine, Prévert, Nazim Hikmet, Claro, les Beatles, Carnetsparesseux…) […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :