Un Tapir à Paris

57

24/04/2015 par carnetsparesseux

Cher journal,

Loin de la société frivole, dans la solitude de ma soupente, je peux me confier à toi : à mon profond déplaisir, mes poèmes zoologiques n’ont pas reçu l’accueil que j’escomptais. La censure fusille mes tentatives pour mériter le baiser des Muses ! C’est effrayant : en 1834, il faut être classique ou romantique pour être admis parmi les gens de lettres, décidément allergiques aux velléités de laisser gambader un tamanoir sur le Parnasse.
Que faire ? Faut-il insister, espérer, ou en rabattre ? Devrais-je reconsidérer mon projet et chercher à devenir l’Hölderlïn du pangolin, le Byron du héron, le Tristan L’Hermite du Bernard du même nom ? Ou bien renoncer et devenir notaire, contrôleur de l’octroi, banqueroutier ?

Tiens, on frappe. A cette heure ?

Quelle soirée ! Je jette ces lignes avant de plonger dans le sommeil ; je viens d’avoir la visite la plus surprenante qui soit ! Une grosse peluche en forme de sanglier noir et blanc, avec une tête de faon et une drôle d’espèce de petite trompe, et qui m’a saluée fort poliment par mes noms et qualités !

« Croyez que je suis confus de me présenter moi-même, mais je crains que nous n’ayons pas d’ami commun.
Reprenant mes esprits – se trouver ainsi nez-à-trompe avec pareille bête à pareille heure !-, j’ai balbutié :
– Pardonnez-moi, je n’ai pas bien entendu votre nom…
– C’est normal, je ne l’ai pas dit ; mais lequel ferait l’affaire ? Chez moi, on m’appelle Kuda Ayer ; les Néerlandais m’ont nommé Couda Aijeer Paard ; mais je crois qu’ici Tapirus Indicus conviendrait mieux.
Tapirus indicus ? Un tapir d’Inde ? Je pensais, d’après Cuvier, qu’il n’y avait de tapir qu’en Amérique !
– Oui, le Maïpouri, mon cousin d’Amérique… Moi, je viens de Malaisie ; et vous êtes tout excusé, il n’y a pas si longtemps que vos savants m’ont découverts. »

Bref, il me raconte l’histoire suivante : les premiers Européens à l’avoir aperçu – un officier anglais, Wahlfeldt, vers 1772, et Marsden, secrétaire de la résidence de Benkoelen douze ans après – l’auraient confondu avec un hippopotame. En 1809, sur la foi de dents rapportées des Moluques, c’est Cuvier lui-même qui le prend pour un dugong ou une vache marine ! Ce n’est que vers 1819 que cesse le quiproquo, lorsque Pierre-Médard Diard, du Muséum d’histoire naturelle de Paris, visite la ménagerie du gouverneur général de l’Inde à Barakpoor et y rencontre notre tapir, qu’il range enfin dans la classe des mammifères, l’ordre des périssodactyles, la famille des tapiridés et le baptise en latin : tapirus indicus !

« D’accord, mais ça n’explique pas votre présence chez moi.
– Mais si, bien sûr ! Vous comprendrez ce que ce demi-siècle de quiproquos taxonomiques a de vexant – songeant aux bassesses des coteries hugolâtres des salons parisiens, j’opine du bonnet – ; c’est pourquoi j’ai quitté Sumatra à bord du Mélayo, capitaine Salaun, de Nantes. Bon vent bonne brise, le voyage s’est bien passé. Arrivé quai de la Fosse, ce brave flibustier a voulu me vendre au muséum ! Ni une ni deux, je fausse compagnie à ce marchand de tapir, et me voilà.

– Mais c’est imprudent ! On va vous rechercher, et que dira-t-on quand on vous trouvera chez moi ?
– Rassurez-vous, on me croit mort  ; je crains que le capitaine n’ait plus à négocier que quelques os de gigot subtilisés dans la cambuse du Mélayo et glissés dans ma soue.
– Mais pourquoi venir chez moi ?
– En mer, j’ai découvert votre poésie zoologique dans la bibliothèque de bord, et je me suis dit : voilà mon homme !

Flatté, je murmure :
– Vous voudriez que je renonce au tamanoir pour chanter la gloire du tapir indien ? Pourquoi pas ? Et je commence à compiler des rimes en ire.

– Je ne suis pas ici pour des rimes, je suis venu voir ces messieurs du muséum. En fait, depuis le temps que je vois passer des explorateurs au large des côtes de Sumatra et que je lis leurs inventions dans le Journal des savants, je désire prendre pour sujet d’étude quelques specimens représentatifs de l’espèce ! Songez bien qu’il s’agirait d’une œuvre scientifique sans précédent : la première étude savante portant sur des savants ! J’ajoute que la société d’étude anthropologique animale de Sumatra m’a déjà passé commande d’un cycle de conférences. Vous me seriez d’une grande aide pour la rédaction du compte-rendu : les observations, ça va, mais écrire, avec mes grosses pattes à quatre doigts… »

Cette envolée me laisse coi. Le soir même où je renonce à la lyre, voilà que ce tapir d’Orient me propose de devenir le Linné des Buffon, le Lamarck des Cuvier ! Après un silence, Kuda Ayer change de sujet et exprime l’envie d’en savoir plus sur les journées de Juin, la monarchie de Juillet, la crise grecque ; puis il me questionne sur les danses de salon, la valse, la polka, sur le tout nouveau tramway de New York ; m’interroge sur l’amour et les folles nuits parisiennes ! Nous partageons les victuailles qu’abrite mon garde-manger : gâteau au chocolat, prunes, vin paillé, petits pois composent un menu compatible avec le régime végétarien de mon hôte qui, gourmand, manie avec efficacité une fourchette-cuillère-couteau de voyage empruntée au vaisselier du Mélayo.

Une fois achevé l’éphémère banquet, nous faisons des jeux, calembours, devinettes, charades :
« Que devient une chorale de tapirs qui oublie la mélodie ?
– Un tapis ! (des tapirs sans mélodie, donc sans air, donc sans R. »
Dans les volutes des cigares, son œil étincelle, sa voix vibre. Quel bon compagnon, ce tapir !

L’aube point à la lucarne comme je finis de noter le récit de cette nuit incroyable. Avant de s’endormir, paisible, sur le sofa qui plie sous son poids, Kuda m’a promis pour tout à l’heure une surprise et une anagramme.

Au réveil, mes économies ont disparu, ainsi que mes livres rares, mes chandeliers, mon meilleur pardessus, mes camées et mes émaux, ma canne d’ivoire et deux épingles de cravates ! Voilà pour la surprise ! Quant à l’anagramme, je l’ai trouvé crayonnée d’une patte grossière à même le bois de la porte :

tapir ? parti !

* * *

Journal de voyage scientifique rédigé à l’invitation de Tu dines ce soir, qui propose un voyage en quatre étapes, ainsi que pour les 43e plumes d’Asphodèle.

Pour en savoir plus sur (l’authentique) tapirus indicus, sa (véridique) difficile identification par la science européenne et son (vrai) premier voyage en France, on consultera avec profit le site de l‘Institut virtuel de cryptozoologie, le premier tome de la Zoologie classique de Félix-Archimède Pouchet, de 1841 et le Magasin pittoresque de 1834.

L’image d’en-tête provient de la galerie Flickr de la British Library. Elle est issue des Hastings albums et représente un tapir envoyé de Bengkulu à Calcutta en 1816, assez probablement celui que rencontre Pierre-Médard Diard trois ans plus tard.

57 réflexions sur “Un Tapir à Paris

  1. gibulène dit :

    Le tapir sur son tapis parti
    le poète, il le dit, reste coi
    le tamanoir en son manoir
    n’a pas l’heur de plaire au gotha
    Montparnasse ou Sumatra
    qu’importe où, quand, et quoi
    quand la culture se noie
    dans un gâteau au chocolat !
    ……..

  2. flipperine dit :

    un tapir bien voleur

  3. Wahoo ! Un billet savant, félicitations 😉 Bonne fin de semaine à vous !

  4. Milton dit :

    Géniale cette histoire de Tapir.
    Jusqu’au bout je me suis demandée ce qui allait se passer.
    Les personnages, les lieux, l’ambiance générale… Tout me plait.
    Bravo et encore une fois merci cher Dodo.

  5. mariejo64 dit :

    tu as eu chaud, imagine qu’il soit resté ? Rappelle-toi monsieur Cousin et son boa ! Gros-câlin…
    Ah tu as bien fait de nous dévoiler la longue et belle (quoiqu’il en pense) de ce tapir hors du commun. Je ne la connaissais pas et je comprends très bien qu’il ait été ronchon de voir que nous étions plusieurs dans ce cas. Tapirus indicus aura désormais une place de choix dans ma mémoire. Surtout ne lui dis pas que ma mémoire n’est plus ce qu’elle a été ! 😀

  6. jacou33 dit :

    Un tapir parti en catimini, très vilaine manie. 🙂

  7. J’aime beaucoup l’histoire de ce tapir, bravo 🙂

  8. Asphodèle dit :

    Quelle érudition en plus de ton talent de conteur ! Ce Tapirus Indélicatus m’a charmée ! Il fallait être Jean de la Fontaine pour percer dans la poésie animalière ! Tu le dépasses d’une tête ! Ne jamais se fier à un tapir qui cherche à vous attendrir et l’envoyer prendre le premier tramway !!! Warf ! Bravo l’artiste, c’est du grand art… 😉

  9. martine27 dit :

    Voilà un tapir qui n’avait pas ses quatre pattes dans la poche, oh le vilain !

  10. Un T A P I R P A R T I qui, si tu y avais pris garde t’avait annoncé qu’il « P A R T I R A I T »

  11. bizak dit :

    Je n’imaginais pas lire un texte avec un jargon aussi éclectique sur les animaux qui se baladent à Paris et qui rendent visite aux aux poètes zoologiques, histoire d’échapper à leurs poursuivants. Beau conte sur un tapir à Paris.

  12. Leodamgan dit :

    Je suis bluffée par ton récit aussi érudit que palpitant!

  13. Fred Mili dit :

    hihi ! un tapir malin qui m’a ait rire .
    Quelle culture !
    Du tapir je ne savais rien mais un comble de mon fragile est rempli.
    Et quel anagramme !

  14. quand j’étais petite, je chantais
    Pomme de reinette et pommetapi
    tapi-tapir-rou-geuh

    voilà!
    🙂

  15. merquin dit :

    Cuvier, Melville ou Darwin ? Un personnage qui a un dodo comme photo d »identité ne peut qu’être ces trois à la fois. Le texte le prouve !

  16. Réjanie13 dit :

    Peut-on dire un « désinventaire » à la Prévert ?
    Superbe histoire qui tient en haleine jusqu’à la fin le lecteur. Super

  17. monesille dit :

    Il y a du Breton (André) dans l’air de ce tapir parti en tapinois retrouver un Bernard l’hermite assoupi !

  18. melusine80 dit :

    Ce texte est très drôle! Je me demandais vraiment ce qui allait se passer!
    Belles recherches 🙂
    Par contre, je ne suis pas très érudit.. il y plusieurs mots que je ne connais pas! Il va falloir passer par la case dictionnaire ^^

  19. Leodamgan dit :

    J’adore le début : « Cher journal… ». Cela fait délicieusement journal intime du XIXème siècle.

  20. C’est bien le propre de l’escroc que de tapir ses réelles intentions sous le couvert du charme…

  21. Cher carnet, je vous nomine le tapir et toi pour le Leibster award parce que vous le valez bien…
    https://1pattedanslencrier.wordpress.com/2015/04/28/tout-dabord-je-voudrais-remercier-mes-parents/

  22. Val dit :

    Quelle imagination et quel humour ! Félicitations, ce texte est excellent ! J’ai passé un bon moment de lecture 🙂

  23. dimdamdom592013 dit :

    Au secours je crois que je deviens zozoo, l’autre jour j’ai vu des zèbres dans les rues de Bruxelles (j’habite à Bruxelles 😉

    Ce soir vu à la télé , un homme qui court derrière un dromadaire en Amérique

    Et maintenant voilà un tapir à Paris, pince moi dis-moi que je me trompe énormément 😉
    Bravo et merci pour ce partage délirant.
    Bises amicales.
    Domi.

  24. burntoast4460 dit :

    Et moi qui croyaient les tapirs sentencieux. A part cela, on ne dira jamais assez de bien de Félix-Archimède Pouchet 🙂

    • C’est sûr que Félix-Archimède, ardent défenseur de la théorie de la génération spontanée, n’a eu que le tort de ne pas être d’accord avec Pasteur ; pas de chance 🙂 !

  25. janickmm dit :

    Cela aurait pu faire une leçon de choses bien détaillée, une fable aussi, une réussite où je n’ai pas vu les mots passés

  26. Zoé Pivers dit :

    J’imagine le plaisir que vous devez prendre à écrire tant vous offrez celui de vous lire.
    Bon, certes il me manque quelques données pour tout saisir, mais je vais aller surfer pour récolter des embruns les quelques sels qui font défaut à mon esprit 🙂
    Merci pour ce voyage inattendu qui lui ne manque pas d’esprit
    Amicalement,
    Zoé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :