Nous ne sommes pas seuls

24

18/05/2014 par carnetsparesseux

Il quitte son télescope et dégringole l’escalier spiraloïde jusqu’au téléphone : le premier, il les a vu à travers les espaces vertigineux où valsent les étoiles : ils existent ! Qui « ils » ? Les autres ! A lui l’honneur de lancer le message que l’humanité attend depuis si longtemps, plus espéré que le plus enivrant poème :

– Nous ne sommes pas seuls !

Tout à l’heure, les télégraphes, les radios, les télévisions, les téléphones, les tams-tams, les fumées, les satellites (que sais-je encore), retransmettront sa parole à travers le monde, faisant taire l’incessant tourbillon d’informations. Guerre, boursicotage, politique, sport, publicité pour l’alcool, tout deviendra caduc, sans rime ni raison devant la nouvelle :

– Nous ne sommes pas seuls !

Mais avant même que les hommes l’apprennent, prévenus par on ne sait quel signal, les animaux des champs, les insectes des bois, les poissons des lacs et des océans, les oiseaux des forêts tropicales, toutes les créatures des différents étages de la création, habitants des tourbières, des côtes rocheuses ou des sables creusés par les baïnes, des déserts de sables ou d’eau, des récifs coralliens, hôtes des mangroves, des hauts plateaux ou des grands fonds, tous, de l’âne du bout de l’an à la marmotte qui folâtre dans l’herbe d’or des montagnes, de la grande baleine aux micro-organismes, s’exclament d’une seule voix :

– Ils ne sont pas seuls ? Bien sûr, depuis le temps qu’on est là !

_____________________________________________________________

Une histoire écrite à l’occasion du dernier « Des mots, une histoire »  (les mots « imposés » : tourbillon – baïne – valse – dégringoler – étage – vertige – enivrer – alcool – poème – rime – raison) et honteusement rhabillée pour l’hi-han du bout de l’an !

Publicités

24 réflexions sur “Nous ne sommes pas seuls

  1. Pica dit :

    « Oh oh oh! »
    dit façon Père Noël Picapinupunkahuk en descendant l’escalier.

  2. Hahaha !
    Même si c’est vrai que l’humain a tendance à négliger ça…

  3. jacou33 dit :

    Très beau texte sur la condition des êtres vivants. J’aime beaucoup cette vision. Merci

  4. Merci ! j’avoue que j’ai eu du mal à placer la baïne….

  5. Valentyne dit :

    J’ai beaucoup apprécié la chute 🙂 surtout la baleine ,je l’ai vu rigolé 🙂
    (Dit la fille qui n’est pas toute seule dans sa tête )

  6. Ceriat dit :

    Il était temps qu’on l’apprenne, non ? 😉 Très beau texte original et drôle. 😀

  7. mariejo64 dit :

    non mais dis donc ! Tu pousses les autres à travailler et toi ? 😀 Sans blague ! Je n’y crois pas ! Un texte revisité « faiblement » pour l’occasion ! Ah si j’étais professeur !… ça barderait pour votre matricule !

  8. jacou33 dit :

    je vois que la baïne est toujours là. 😀

  9. […] esprit sain dans un corsage Valentyne ici et là et là aussi EcriTurbulente Mariejo 64 ici et là Carnets paresseux ici et là et là aussi ou encore là Asphodèle BodoBlog et moi, juste […]

  10. almanito dit :

    Ils ont quelque chose d’émouvant et de pathétique tout de même, ces humains qui cherchent tout le temps à se rassurer et explosent de joie à l’idée de ne pas être seuls. Car en fait chaque être vivant est, seul, d’où son angoisse depuis la nuit des temps. C’est un peu comme s’ils attendaient un dieu pour faire leur bonheur, alors que la nature (qu’au mieux ils ignorent et au pire qu’ils massacrent) est justement là pour ça…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :