les Raisins et le Renard

Certain Raisin Gascon, d’autres disent Normand
(Ce cépage voué aux vendanges tardives,
ne connait pas vraiment le soleil des Maldives),
Mourant presque de froid vit du haut de sa treille
un Renard trottant par les champs,
Couvert d’une fourrure vermeille.

Il en eût fait volontiers pelisse contre le froid ;
Mais comme, cloué sur l’échalas,
le chasselas n’y pouvait atteindre :
« Je suis assez couvert, dit-il, et bon pour les frimas. »
Fit-il pas mieux que de se plaindre ?

* * *
L’original est

3 commentaires

  1. Ah ah ! Je ne sais pas pourquoi mais j’avais flairé ce coup-là ! (c’est pourquoi je navigue dans vos anciens carnets, cher Carnets !) 😃

    Vous m’autorisez à le publier dans mon prochain article sur la fresque murale ? 🙄

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.