du coq à l’âne

2

24/11/2013 par carnetsparesseux

D’abord un peu de science : le coq à l’âne, discours décousu, tiendrait son nom, pour les uns, de l’ancienne expression saillir du coq à l’asne qui évoquait la confusion du coq confondant la cane et la poule (asne étant l’ancien nom de la cane) ; pour d’autres, elle serait plus récente, issue des musiciens de Brême des frères Grimm, où un âne, un chien et chat et un coq se font la courte-échelle pour effrayer des brigands : le coq étant en haut et l’âne en bas, le coq à l’âne serait donc le « passage sans transition d’un extrême à un autre » (tout cela, Wiki dixit).

Il s’agit aussi d’un jeu d’écriture qui consiste à passer d’un mot à un autre en ne changeant qu’une lettre à la fois ; ça ne fonctionne qu’avec des mots comportant le même nombre de lettres. Le principe est simple, son application aussi, surtout quand on a un bon dictionnaire, où un site comme celui-ci (penser à cliquer dans « rechercher en conservant l’ordre des lettres »).

En procédant méthodiquement, on voit vite que coq nous offre au moins cinq mots relais : coi, col, con, cor, cou. Ceux-ci offrent à leur tour des pistes plus ou moins fructueuses. Ainsi, coi mène à foi, moi, roi, soi, toi, comme à loi ; ce dernier conduit à lai, ou lob ou lof, ou encore lot, et même lui ; cor, seulement vers car, et ramène directement à coi, col, con, coq ou cou.

Il ne faut pas seulement enchaîner les mots, il faut aussi arriver au but, par exemple en suivant ce chemin : coq, coi, moi, mot, lot, lit, lie, aïe, âne. Où celui-là : coq, col, cil, mil, ail, aïe, âne…

Au passage, de col à cil on peut prendre son temps et faire une boucle en passant par vol et vil avant d’arriver à cil ; enfin, il faut surtout s’inspirer de la chaîne de mots pour raconter une histoire.

Publicités

2 réflexions sur “du coq à l’âne

  1. Frog dit :

    Eh bien, j’ai appris quelque chose ! Et aussi qu’il fut un temps où tu pouvais écrire quelque chose sans que cela ne soit commenté par quelques dizaines de lecteurs enchantés. Merci pour ces explications !

    • Ni commenté, ni même lu (30 visites en 3 ans et demi) : le charme de l’incognito 🙂
      pourtant, le coq à l’âne est un joli jeu (et parfois un peu casse-tête)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :